Menu

Religion Publié

Ahmed Raissouni : «L’UMEM est au service de la nation musulmane» [Interview]

Ahmed Raissouni a encore du pain sur la planche. Elu à la tête de l’Union mondiale des érudits musulmans (UMEM) début novembre, l’ancien président du Mouvement unicité et réforme (MUR) hérite de son prédécesseur plusieurs dossiers chauds. Il s’agit notamment du fait que l’UMEM soit considérée, par plusieurs Etats arabes et musulmans, comme une organisation terroriste. Dans cet entretien accordé à Yabiladi, Ahmed Raissouni explique ses projets et évoque la polarisation du monde musulman.

Temps de lecture: 2'
Ahmed Raissouni, nouveau président de l'Union mondiale des érudits musulmans. / Ph. DR

Le Marocain Ahmed Raissouni, ex-président du Mouvement unicité et réforme (proche PJD) a été élu mercredi 7 novembre à Istanbul, à la tête de l’Union mondiale des érudits musulmans. Celui ayant succédé l’Egyptien Yusuf al-Qaradawi explique à Yabiladi sa vision de l’orientation générale de l’union ainsi que l’hostilité de certains pays arabes quant à ce groupement fondé en 2004.

Comment évaluez-vous l’Union mondiale des érudits musulmans dont vous êtes devenu le nouveau président ?

L’Union mondiale des érudits musulmans n’a que 18 ans d’existence. Pourtant, elle occupe une place prépondérante dans le monde musulman. Grâce à ses membres, elle s’étend sur tous les continents et les pays musulmans. En termes d’organisation et de performance, ses institutions ont évolué et ses projets scientifiques, médiatiques et de plaidoyer se sont également élargis.

Donc entre le maintien de cette même vision ou l’adoption d’une nouvelle approche, qu’allez-vous choisir ?

Je vais travailler bien sûr avec un groupe de députés, de conseillers et d’organismes, dirigé par le Conseil d’administration de l’UMEM. Nous allons soulever les réalisations et les acquis pour les développer. Et nous allons opter pour de nouvelles améliorations afin de renforcer le fonctionnement des institutions et de l’administration centrale, ainsi que les outils de travail. Nous opterons également pour une plus grande ouverture en termes d’adhésion et les relations avec les divers organismes officiels, mais également en termes de traitement des questions et des événements politiques.

Comment comptez-vous gérer le fait que plusieurs Etats arabes et musulmans considèrent l’Union comme un groupe terroriste ?

Si ces Etats continuent d’adopter des positions hostiles vis-à-vis de l’Union et de ses érudits, nous n’avons rien à faire puisque la balle est dans leurs camps. Mais s’ils inclinent à la justice, la fraternité et la compréhension, nous en serons plus enclins. Il faut savoir que nous sommes au service de la nation musulmane et toutes ses questions, dans la mesure du possible.

Et comment allez-vous réagir face à l’arrestation de plusieurs membres de l’Union ?

Nous avons seulement la parole. Une parole de la vérité, de l’honnêteté et des conseils. Nous défendons les opprimés, et nous continuerons à porter leur cause et demander à ce qu’ils soient libérés pour que leur honneur et leur dignité soient rétablis.

Par ailleurs, que pensez-vous de la normalisation avec l’entité sioniste, qui a récemment augmenté ?

Notre position sur la normalisation est un principe légitime qui ne change pas, peu importe son ampleur.

Compte tenu de la forte polarisation du monde islamique, allez-vous tenter de rapprocher entre les différentes doctrines islamiques ?

Lorsque des pays avec tout leur poids et leurs armées sont une partie clé d’un conflit employant le sectarisme, et deviennent même son moteur, le problème devient le plus grand que nous et nos moyens. Nous devenons impuissants ou marginaux, ce qui est la réalité aujourd’hui. Malheureusement, cette question ne se résume pas à un simple différend doctrinal. Il s’agit d’un conflit entre des Etats et des alliances.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com