Menu

Article

Diaspo #66 : Mustapha Beggar, la fibre sociale à Bruxelles

Ce Belgo-marocain originaire de Casablanca a monté sa société de taxis à Bruxelles et dédie une partie de ses véhicules aux personnes à mobilité réduite.

Publié
Ce Belgo-marocain originaire de Casablanca a monté sa société de taxis à Bruxelles et dédie une partie de ses véhicules aux personnes à mobilité réduite. / Ph. fleetbydieteren.be
Temps de lecture: 2'

Mustapha Beggar n’aurait probablement jamais dû aller en Belgique, et encore moins y faire sa vie. Lorsque son père, originaire de Taroudant, quitte le Maroc en 1960, alors que son fils n’a que sept ans, il espère seulement se constituer un bas de laine et rentrer à terme dans son pays. Seulement voilà, les mois, les années passent et le patriarche ne rentre pas : décidé à rester en Belgique, il fait venir femme et enfants dans le cadre d’un regroupement familial.

En 1967, Mustapha Beggar quitte Casablanca, où il a vu le jour, et arrive en Belgique, à Molenbeek. «Je suis très fier d’être ici. Je ne veux pas partir. Ce qu’on écrit dans les journaux, vous savez… Ce n’est pas que ça», nous dit-il. On ne saura pas si le «ça» dont il est question est une référence aux djihadistes Salah Abdeslam et Abdelhamid Abaaoud, tous deux impliqués dans les attentats du 13-Novembre… et originaires de Molenbeek.

A 22 ans, Mustapha Beggar est recruté dans une société de taxi mais, très vite, se lasse de son statut de salarié. «Au bout d’un an, j’ai lancé ma propre entreprise. J’avais envie d’évoluer et de faire autre chose que d’être employé», confie-t-il. Aujourd’hui, à 58 ans, il est à la tête d’une entreprise de taxi opérationnelle «dans tout Bruxelles». Sur les 100 véhicules que sa société possède, 30 sont dédiés au transport de personnes à mobilité réduite.

«Le Maroc, c’est une très grande partie de moi»

Au début des années 90, Willem Draps, alors secrétaire d’Etat bruxellois chargé du Transport rémunéré, suggère de mettre en place des taxis adaptés aux personnes handicapées. «J’y ai trouvé un intérêt social. Pour moi, c’était une possibilité d’offrir un service supplémentaire à des personnes qui se déplacent difficilement. Je me disais que si j’étais dans ce cas, je serais content de pouvoir me déplacer beaucoup plus facilemente. C’était aussi une manière d’améliorer l’image du taxi en général», explique Mustapha Beggar.

«La seule société de taxi qui a cru en ce projet, c’est la mienne. L’adaptation des voitures nécessite en effet un investissement très lourd. Il faut compter 9000 euros hors taxes pour un seul véhicule. Nous avons commencé avec cinq véhicules qui sillonnaient tout Bruxelles.»

Mustapha Beggar

A ses débuts, le chef d’entreprise fait adapter ses véhicules loin de Bruxelles, voire même aux Pays-Bas. Il réalise aujourd’hui lui-même ses propres adaptations dans son atelier de la rue des Béguines, à Molenbeek, expliquait le journal La Capitale. «Au départ, j’allais effectivement faire adapter mes véhicules auprès de fabricants de kits que j’achetais neufs, à 100 km de Bruxelles et aux Pays-Bas. J’avais plusieurs adaptateurs. De fil en aiguille, je me suis dit que je pouvais réaliser cette opération moi-même afin de diminuer un peu les coûts», précise-t-il.

Les véhicules adaptés aux personnes à mobilité réduite. / Ph. leetbydieteren.beLes véhicules adaptés aux personnes à mobilité réduite. / Ph. leetbydieteren.be

Le volet social et humanitaire tient une place importante dans sa vie. Impliqué dans diverses associations à Bruxelles, il n’a pas oublié le milieu dont il est issu. «Mon père, originaire de Taroudant, est arrivé à Casablanca à l’âge de 15 ans pour trouver du travail. Ma mère, elle, vient de la région de Marrakech. Elle est aussi venue à Casa pour travailler en tant que domestique. Nous venons d’une famille très, très pauvre», se souvient-il. Et malgré ces cinq décennies passées en Belgique, il n’en oublie pas pour autant son Maroc natal : «Je retourne au Maroc en moyenne une fois par an minimum. Ce sont mes racines, même si je n’y ai pas beaucoup vécu. C’est une très grande partie de moi.»

Article modifié le 2019/05/11 à 14h08

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com