Menu

Sport Publié

Adel Taarabt : Footballeur nerveux et vénal ?

Jeune, talentueux et impulsif (un peu trop). Voici les termes les plus employés lorsqu’il  s’agit de décrire Adel Taarabt. «Cupide» devrait bientôt s’ajouter à cette liste d’attributs, si l’on s’attarde sur la dernière sortie médiatique du jeune international marocain.

Temps de lecture: 2'
DR

«Je veux quitter les Queens Park Rangers pendant la période des transferts de janvier. C’est pour des raisons financières», a déclaré Taarabt, depuis Marrakech, où il est en rassemblement avec la sélection nationale. Les propos du joueur, rapidement relayés par les médias,  n’ont pas manqué de créer le buzz.

Caprice de star ?

D’abord arrivé en prêt en 2008, en provenance de Totenham, Taarabt a vite convaincu ses dirigeants par ses prestations. Ces derniers le recrutent définitivement à l’été 2010. Avec l'international marocain intronisé capitaine, les QPR réalisent une saison de rêve, couronnée par un titre de champion, synonyme de promotion en Premier League. Les 19 buts et 16 passes décisives de Taarabt en championnat y ont largement contribué. L’international marocain est d’ailleurs désigné meilleur joueur et meilleur passeur à l’issue de la saison.

Cependant, son début de saison 2011-2012, est loin d’être aussi enthousiasmant que l’an passé. Le Marocain n’a toujours pas marqué, cette saison, et est très souvent remplacé. Pour ne rien arranger, avec les arrivées des anglais Shaun Wright-Phillips et Joey Barton, il n’est plus vraiment le chouchou du Loftus road Stadium. Lui qui représentait le salaire le plus important de l’effectif des Hoops, a été déclassé par ces deux recrues. Autre coup dur, Neil Warnock, le manager du club, lui retire le brasard, au profit de Joey Barton.

Sentant son statut menacé, Taarabt avait premièrement demandé à ses dirigeants que son salaire soit aligné sur celui des recrues. En guise de réponse, Warnock avait déclaré : «Il y a beaucoup de gens en coulisse qui ont leur mot à dire et la meilleure manière de répondre à leurs attentes est de bien jouer sur le terrain. C’est ce que je lui ai dit de faire. (…)». Taarabt semble avoir un autre avis, et veut désormais monnayer ses services chez le plus offrant.

Le dérapage de trop ?

Les sorties médiatiques fracassantes, Taarabt connait. Après ses frasques en équipe nationale, il s’est illustré le week-end passé, en quittant le stade après avoir été remplacé à la mi-temps, lors du match perdu par son équipe sur la pelouse du club voisin de Fulham (6-0). Neil Warnock l’avait soutenu, estimant qu’il n’avait pas à lui imposer de faire le tour du stade pour venir voir son équipe perdre… Le technicien anglais se montrera-t-il aussi conciliant avec son poulain après cette sortie médiatique ?

L’argument financier est toujours déterminant au moment d’un transfert, surtout pour les joueurs qui optent pour des championnats comme ceux du Golfe ou de la Russie. Il est rare cependant, de voir des joueurs l’avouer ouvertement. Suite à son coming-out, Taarabt s’est collé une étiquette de mercenaire qui pourrait lui être préjudiciable. Le joueur a été très convoité à la fin de la saison dernière. Mais combien de clubs sont aujourd’hui, prêts à miser sur un joueur dont le tempérament pose constamment problème ? Peut-être les cheikh qataris et leurs pétrodollars, friands de stars made in Europe. Mais est-ce vraiment ce qu'il y a de mieux pour un joueur aussi jeune et aussi prometteur?

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com