Menu

Politique Publié

Social, jeunesse, service militaire et agriculture, les grands axes du discours royal au Parlement

Ce vendredi, le roi Mohammed VI a prononcé son discours inaugural pour ouvrir la première session de l’année législative courante. Donnée devant les deux Chambres, cette allocution s’est axée sur le social, la remise en valeur de la jeunesse et la capitalisation sur l’agriculture en milieu rural.

Temps de lecture: 3'
Le roi Mohammed VI au parlement marocain / Ph. DR.

Après son discours du 20 août dernier, essentiellement tourné vers la jeunesse, le roi Mohammed VI a donné une allocution, ce vendredi, pour rappeler entre autres, l’importance de capitaliser sur les jeunes. C’est devant le Parlement que ce discours a été prononcé, en ouverture de la session automnale.

Le chef d’Etat a ainsi appelé à asseoir les valeurs de la solidarité au sein de la société, notamment via l’initiation de réformes et de nouvelles mesures, autant économiques que sociales. C’est ainsi que le roi préconise «une simplification des procédures» afin d’«encourager les différentes formes de dons, d’actions bénévoles et d’œuvres caritatives et d’appuyer initiatives sociales et entreprises citoyennes». L’idée est également de «mettre en place de nouveaux mécanismes» à même de renforcer «la contribution du secteur privé dans la promotion du social, et de l’inciter à prendre une part active dans l’amélioration des prestations offertes aux citoyens».

Le service militaire, un moyen fédérateur

Dans ce registre, le roi Mohammed VI évoque «l’emploi, l’enseignement, la formation professionnelle» et le service militaire pour «améliorer les conditions de vie des citoyens en général et des jeunes en particulier». Décrié par certains, plébiscité par d’autres, le rétablissement du service militaire est considéré par le roi comme un outil qui «renforce le sentiment d’appartenance nationale».

«[Le service militaire] permet aussi de bénéficier d’une formation et d’un entrainement qui offrent des opportunités d’insertion socio-professionnelle aux conscrits capables de faire valoir leurs compétences, leur sens de l’engagement et des responsabilités [...] Tous les Marocains concernés par le service militaire, sans exception, sont égaux en la matière et ce, indépendamment de leur classe sociale, de leurs diplômes et de leur niveau d’instruction.»

Par ailleurs, le roi a réitéré l’importance de replacer les jeunes au cœur des politiques de l’emploi et de l’insertion professionnelle. Il indique que cette dernière «constitue un levier essentiel, à la condition, toutefois, qu’elle fasse l’objet de toute l’attention requise, et qu’un contenu et un statut nouveaux lui soient accordés en tant que filière prometteuse».

A cet effet, Mohammed VI préconise de «tendre de nouvelles passerelles entre la formation professionnelle et l’enseignement général en veillant à les articuler dans le cadre d’un système harmonisé et cohérent, où formations théoriques et stages pratiques en entreprise se complètent et s’équilibrent». Pour prolonger cette réflexion, le roi fait remarquer qu’«au terme de leur formation à l’étranger, certains étudiants préfèrent rester sur place, attirés par les avantages alléchants qui leur sont offerts». A cet effet, il préconise de mettre en œuvre des initiatives «pour amener les compétences marocaines à rentrer travailler au pays et y donner le meilleur d’elles-mêmes».

L’agriculture comme moyen de revaloriser le rural

En plus de la formation professionnelle, ce discours insiste sur le secteur agricole en tant que «pourvoyeur d’emplois plus performant» et «instrument plus efficace pour assurer de meilleures conditions de vie et d’établissement en milieu rural». Dans ce sens, il appelle à capitaliser sur «des acquis réalisés dans le domaine agricole et la création de nouvelles activités génératrices d’emploi et de revenu» notamment pour les jeunes ruraux.

«Notre finalité est de favoriser l’émergence d’une classe moyenne agricole, d’en consolider l’ossature pour qu’en définitive, elle puisse exercer sa double vocation de facteur d’équilibre et de levier de développement socio-économique, à l’image de la classe moyenne urbaine et du rôle clé qui lui est dévolu.»

C’est dans ce sens que le roi appelle également au renforcement et à la facilitation de l’accès des investisseurs au foncier, qu’ils soient particuliers ou organisés en entreprises. «Outre le relèvement des niveaux de production et de rentabilité, cette mesure est de nature à favoriser la création d’emplois et à préserver la vocation agricole des terres concernées», indique-t-il.

Par ailleurs, Mohammed VI appelle à engager une réflexion sur «les meilleurs moyens à mettre en œuvre pour rendre justice aux petits agriculteurs, particulièrement en ce qui concerne la commercialisation de leurs produits et la lutte vigoureuse contre les spéculations et la multiplication des intermédiaires». Il affirme également que la mobilisation des ayants-droit des terres agricoles au sein des collectivités ethniques pour la réalisation de projets d’investissement agricole «constitue un levier fort pour améliorer globalement le niveau de vie socio-économique».

Mettre en œuvre le principe d’égalité des chances

«Quel qu’il soit, chaque citoyen marocain doit jouir des mêmes chances pour servir son pays et être sur un pied d’égalité avec ses compatriotes pour tirer profit des richesses nationales et des occasions d’épanouissement et d’ascension sociale», indique par ailleurs le roi dans son discours.

Dans ce sens, Mohammed VI considère que le Maroc a besoin «de vrais patriotes, mus par la seule volonté de défendre les intérêts de leur pays, de leurs concitoyens, exclusivement préoccupés par le souci de rassembler les Marocains et non de les diviser».

Article modifié le 2018.10.12 à 22h25

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate