Société   Publié

Maroc : L'INSAF relève les failles de la loi sur le travail domestique

Temps de lecture: 1'
DR

Elles seraient «des dizaine de milliers, âgées de 8 à 16 ans à être exploitées comme domestiques au Maroc», déconce l'l’Institut national de solidarité avec les femmes en détresse (INSAF),  le mercredi 10 octobre 2018 lors d'une conférence de presse tenue à Casablanca.

Après l’entrée en vigueur de la loi 19-12 relative au travail des mineurs le 2 octobre, le communiqué de presse de l'association rappelle que toute personne qui emploie un enfant de moins de 16 ans est passible de 25 000 à 30 000 dirhams d’amende et de 1 à 3 mois de prison en cas de récidive.

Mohamed Saadoune est revenu avec Yabiladi sur les enjeux qui s’annoncent notamment «pour que ces filles reviennent dans leurs familles, se réintègrent et soient accompagnées». Aussi  la question de l’inspection et de la vérification de l’application de la loi est importante, car selon lui «300 à 400 inspecteurs ne seront pas suffisants». Reste également la problématique des décrets d'application de la loi où persiste encore le flou. 

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com