Menu

Article

Les révolutions en Afrique du Nord font les bonnes affaires du port Tanger Med

Le port de Tanger Med a réalisé de très bons résultats durant le premier trimestre de l’année en cours. Le trafic y a connu une forte augmentation en raison des troubles qui ont conduit à l’arrêt de certains ports des pays de l’Afrique du Nord. Le retour à la normale dans ces pays devrait se faire ressentir à Tanger.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

Le printemps arabe fait les bonnes affaires du port Tanger Med. La plateforme portuaire située à l’extrême nord du royaume a connu une intensification très significative de son trafic depuis le déclenchement des révoltes populaires dans le monde arabe. Durant le premier trimestre 2011, le port a enregistré un trafic de 8 millions de tonnes, soit une hausse de 106% sur un an. Une forte affluence dûe principalement au retrait de Maersk, le 1er février, du Port Saïd en Egypte. Le leader mondial du transport maritime s’y était retiré en raison de la situation explosive au Caire.

Retour à la normale :

Le port égyptien, étant le seul destiné au commerce international en Afrique du Nord avec Tanger Med, reversait ainsi une bonne partie de son flux sur la plateforme marocaine. Celle-ci profitait également, mais dans une moindre mesure, de la fermeture des ports libyens ainsi que de la baisse de 21% du transport de marchandises pour le port de Tunis. De 7,2 millions de tonnes durant les trois premiers mois de l’année dernière, l’activité du port de la capitale tunisienne a chuté pour atteindre les 5,7 millions de tonnes pendant le premier trimestre de 2011.

Le retour à la normale dans la plupart de ces pays devrait toutefois faire baisser l’affluence sur Tanger Med ainsi que sur les ports d’Algésiras, de Gioia Tauro en Sicile, ou celui de Malt, qui ont tous connu une très forte hausse de leur trafic avec l’inactivité des ports du Sud méditerranéen. La fin de l’année risque donc d’être bien différente du premier trimestre et les concessionnaires du port marocain en sont conscients.  «Les transporteurs maritimes sont seulement des intermédiaires. En amont, nous n’avons aucune idée des carnets de commandes ou du niveau de confiance entre les partenaires commerciaux», commente Hartmut Goeritz, directeur général d'APM Terminals-Tanger, une filiale du géant danois Maersk, qui exploite le premier terminal de conteneurs de Tanger Med 1.  

Projets futurs

Les résultats réalisés par Tanger Med au premier trimestre auraient pu être meilleurs si sa capacité était supérieure aux 3 millions de conteneurs que le port peut accueillir actuellement. En 2016, cette capacité devrait être portée à 8 millions de conteneurs à l’horizon 2016, avec la fin des travaux de Tanger Med 2, qui constitue l’un des plus grands chantiers portuaires du royaume.

Par contre, d’autres projets au niveau national semblent battre de l’aile. C’est le cas notamment de l’extension du port de Casablanca, ou encore du fameux projet de Nador West Med qui ne serait plus sur les rails en raison de la forte concurrence que pourrait lui livrer Tanger Med. L’activité sismique de la région du Nord découragerait également les autorités qui envisagent de se tourner vers Jorf Lasfar, à 100 km au Sud de Casablanca pour faire de son port une véritable plaque tournante de l’industrie chimique.   

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com