Menu

Article

Arnaque ZyneCoin : Le fondateur en faillite personnelle en France, essaye de se refaire au Maroc

Deuxième volet de notre enquête sur l'arnaque ZeenCoin (devenue Zynecoin) lancée par Applinum, société basée à Marrakech. Son fondateur, Karim Benabdelkader a conduit toutes ses sociétés créées en France à la liquidation judiciaire. Il a été placé en faillite personnelle pour une durée de 15 ans par un juge à Dijon. Révélations.

Publié
En décembre 2012, le tribunal de commerce de Dijon a prononcé la faillite personnelle de Karim Benabdelkader à 15 ans. / DR
Temps de lecture: 3'

L’un des fondateurs de la cryptomonnaie marocaine ZyneCoin, Karim Benabdelkader, tenterait-il de se refaire une santé financière au Maroc après une faillite en France ? Alors que cette cryptodevise suscite de nombreuses interrogations sur la faisabilité technique, et semble confiner à l’arnaque, le parcours entrepreneurial de Karim Benabdelkader est accablant, au grand dam de ceux qui ont crû dans son projet et qui ont déjà investi une partie de leur épargne.

Sa société KBe Prospection, domiciliée à Dijon et active pendant trois ans, spécialisée dans le secteur des activités des agences de publicité, a été placée en liquidation judiciaire en février 2011 et clôturée pour insuffisance d’actif en février 2013. En tant que dirigeant de cette société à responsabilité limitée, ce Franco-algérien a «généré plus de 1 000 000,00 euros de passif après deux années d’exploitation, et ce passif énorme montre que l’activité déficitaire a été abusivement poursuivie en dépit de ce passif disproportionné au regard du volume d’activité de la société», lit-on dans le jugement du tribunal de commerce de Dijon, dont Yabiladi détient copie.

Karim Benabdelkader, fondateur du ZeenCoin / Copie d'écran du site zeencoin.ioKarim Benabdelkader, fondateur du ZyneCoin / Copie d'écran du site zeencoin.io

Des liquidations judiciaires successives et une belle ardoise

En décembre 2012, la cour a en effet prononcé la faillite personnelle de Karim Benabdelkader pour une durée de 15 ans. Une décision «emportant une interdiction de gérer, diriger, administrer ou contrôler directement ou indirectement toute entreprise commerciale ou artisanale, tout exploitation agricole et toute personne morale ayant une activité économique pour une durée de quinze ans». Par ailleurs, il est indiqué «qu’en dépit des courriers de Maître Jean-Joachim Bissieux (en sa qualité de liquidateur judiciaire de KBe Prospection, ndlr), Karim Benabdelkader n’a jamais remis au mandataire judiciaire les renseignements qu’il est tenu de lui communiquer (…), à savoir la liste de ses créanciers, du montant de ses dettes, les factures clients et postes à recouvrer, l’inventaire des actifs, la liste des principaux contrats en cours».

Une autre société, Usual Prospect, a elle aussi été placée en liquidation judiciaire en février 2011 et clôturée en octobre 2012 pour insuffisance d’actif. A ce propos, le tribunal de commerce de Dijon écrit que «l’on peut penser qu’il y a eu un transfert de créance au profit de cette société, ou bien d’autres société au Maroc comme le laissent supposer des témoignages joints au dossier». Enfin, une troisième entreprise, All Exclusive, opérant dans l’immobilier, a été radiée du registre du commerce et des sociétés (RCS) de Lorient en décembre 2016.

Les souscripteurs risquent de tout perdre

Le jugement précise aussi que «malgré les nombreuses convocations qui lui ont été adressées, Monsieur Benabdelkader Karim, ne s’est présenté chez le liquidateur qu’à l’ouverture de la procédure, mais jamais par la suite pendant la période de liquidation judiciaire».

Outre ces absences répétées, ce sont surtout les montants astronomiques qui interpellent. Ainsi, «le passif de déclaré de la SARL KBE Prospection s’élève alors à un total de 1 014 470,45 euros» alors que la «créance provisionnelle au profit de l'administration fiscale a été admise par le Juge Commissaire selon une ordonnance du 22 juillet 2011 pour un montant de 662 896,00 euros». 

Si le projet ZyneCoin semblait techniquement peu sérieux, il s'avère avec cette condamnation de faillite personnelle pour une durée de 15 ans que Karim Benabdelkader ne peut gérer ni directement, ni indirectement, une entreprise en France. La création prochaine de la holding française (le 10 septembre 2018, nous avait-il déclaré) qui proposera le «smart contract» pour l’organisation de l’ICO, parait dès lors peu probable. Comme il l'avait fait en France avec ses sociétés KBe Prospection et Usual Prospect, probablement en référence au film Usual Suspects, Karim Benabdelkader pourrait surprendre ceux qui lui ont fait confiance avec un twist ending digne de Keyser Söze, en s'évaporant à nouveau dans la nature lui et ses ZyneCoin.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/