Menu

Article

Compétitivité : Le Maroc se relève timidement

Le World Economic Forum (WEF) vient de publier son rapport 2011-2012 sur la compétitivité mondiale. Le Maroc s’y classe 73sur 142 pays, gagnant ainsi deux places par rapport au précédent classement. Les problèmes d’accès au financement et la corruption, entre autres facteurs, entravent la compétitivité du royaume, surclassé par de nombreux pays arabes.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

Le Maroc améliore son classement dans le rapport annuel du Forum Economique mondial (FEM ou WEF en anglais). Le rapport global 2011-2012 publié ce mercredi 7 septembre classe le royaume à la 73e place sur 142 pays étudiés. Soit une très légère progression par rapport à la 75e place (sur 139 pays) de l’année dernière. En terme de score, le Maroc est noté 4.16 sur 7, contre 4.08 dans le précédent classement.

L’économie marocaine est classée parmi les 28 «efficiency driven economy», ces économies stimulées par l’efficacité et non par l’innovation, comme c’est le cas pour les pays riches. Le Maroc a été sondé sur plusieurs critères. Notamment au niveau de ses équipements de base (54e), du renforcement de l’efficience (83e) ainsi que l’innovation et le perfectionnement des activités commerciales (79e). Les auteurs de l’étude se sont également arrêtés sur les «plus grands problèmes pour faire des affaires» au Maroc.

Obstacles

Selon un sondage qu’ils ont réalisé et dont les résultats figurent sur le rapport, le plus grand obstacle à la compétitivité du Maroc reste l’accès au financement (18,6% des réponses), suivi du fléau de la corruption (17,7%), de l’infrastructure inadéquate (11,6%), mais également les lenteurs bureaucratiques (10%) ou encore la lourdeur des taxes (9,4%). Autant d’handicaps qui entament la compétitivité de l’économie marocaine face notamment aux autres pays de la région Mena, malmenés par la révolution arabe.

Avancées dans le Golfe et retour de l’Afrique

Au Maghreb le royaume est surclassé par la Tunisie (40e), qui y mène les débats. La Libye disparait du classement de cette année, alors que l’Algérie se perd à la 87e. Le Qatar (14e) et l’Arabie Saoudite (17e, qui fait son entrée dans le top 20) confirment leur volonté de peser davantage dans l’économie mondiale depuis la péninsule arabique. Les Emirats Arabes Unis (27e), le Koweït (34e) et le Bahreïn (37e), se positionnent également, contrairement à la Jordanie (71e), le Liban (89e) ou encore la Syrie (98e) qui, à l’instar du Maroc ont encore d’importants progrès à faire pour sortir des profondeurs du classement. Un classement toujours dominé par les pays occidentaux et asiatiques.

La Suisse reste championne, suivie de Singapour qui relègue la Suède à la troisième place. La Finlande gravit trois marches et arrache la quatrième place aux Etats-Unis, désormais 5e. La France elle régresse de 3 places pour chuter au 18e rang. Last but not least, le rapport 2011-2012 du Forum Economique Mondial tresse des lauriers aux pays du continent africain dont la moyenne globale dépasse celle mondiale. L’Afrique subsaharienne s’est très vite relevée de la crise, sous la conduite du géant Sud-africain (50e) et de l’île Maurice (54e), qui y caracolent en tête du classement.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com