Menu

Breve

Hirak : Le Centre de mémoire commune pour la démocratie et la paix réagit à la grâce royale

Publié
Accueil des détenus graciés parmi ceux emprisonnés à Oukacha (Casablanca), 21 août 2018 / Ph. Mehdi Moussahim (Yabiladi)
Temps de lecture: 1'

Au lendemain de la grâce de 188 détenus du Hirak du Rif à travers le Maroc, le Centre de mémoire commune pour la démocratie et la paix s’est félicité de cette initiative, considérant qu’elle doit constituer un début pour obtenir la remise en liberté de tous les autres militants du Hirak.

Ainsi, dans un communiqué parvenu à Yabiladi, le Centre estime que le processus d’équité et de réconciliation a «encore besoin de travail pour le renforcer et l’immuniser contre toute éventuelle entrave». Dans ce sens, l’organisme souligne que «l’espace de la patrie est ouvert à toutes et à tous pour une expression des différences, régie par des valeurs citoyennes».

Le Centre appelle également l’Etat, les acteurs politiques et de la société civile, les défenseurs des droits humains, les intellectuels ainsi que les médias à contribuer tout un chacun dans un grand dialogue national à même d’asseoir les principes de la démocratie, la démocratisation de la société ainsi que la continuité du processus de réconciliation.

Par ailleurs et pour une consécration de la justice sociale, notamment dans la région du Rif où cette question a fait parti des principales revendications du Hirak, le Centre évoque la responsabilité des acteurs du secteur privé. Selon lui, ces derniers doivent jouer un rôle dans ce processus et honorer leurs engagements en matière de développement régional et surtout rural.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com