Menu

Article

Le gouvernement Sánchez examinera la fermeture de la frontière de Melilla par le Maroc

Le gouvernement espagnol prévoit d’examiner, le 29 août, «les possibles réponses» à la fermeture par le Maroc de sa frontière commerciale avec Melilla. La réunion, qui se tiendra à Madrid, est la première du genre.

Publié
Pedro Sánchez, Président du gouvernement espagnol / Ph. MARISCAL/EFE/SIPA
Temps de lecture: 2'

Plus trois semaines après la fermeture par le Maroc de sa frontière commerciale avec Melilla, l’exécutif de Pedro Sánchez sort de silence. Il prévoit d’agir, mais avec prudence.

Ainsi, le 29 août, des responsables des ministères des Finances et des Affaires étrangères se réuniront avec la déléguée du gouvernement dans la ville, en vue d’examiner la décision prise, depuis le 1e août, par l’administration marocaine des douanes. L’information a été annoncée par la Délégation relevant du ministère espagnol de la Politique territoriale et de la fonction publique, dans un communiqué repris par la publication économique en ligne finanzas.com.

«Examiner les possibles réponses»

La rencontre, tant souhaitée par les entrepreneurs de Melilla, aura lieu à Madrid. Solidarité oblige entre membres du même gouvernement, le texte de la Délégation prend indirectement la défense du département de Josep Borrell, cible de critiques de la part de l’opposition du Parti populaire (PP). Cette dernière réclame en effet sa comparution devant la Chambre basse du Parlement.

«Le ministère des Affaires étrangères suit avec préoccupation les développements depuis qu’il a pris connaissance des faits : il a eu une communication permanente, tant avec le ministère des Finances qu’avec la déléguée du gouvernement à Melilla», précise le texte. Par ailleurs, celui-ci ne mentionne aucun éventuels contact avec le Maroc.

La réunion de la semaine prochaine, la première du genre, devrait servir aux trois parties de mesurer «les effets de cette décision sur la ville de Melilla et sur le pays, en plus d’aborder les possibles réponses» à la fermeture par le Maroc de sa frontière commerciale, ajoute le communiqué

Sánchez réussira-t-il à taire les critiques?

La rencontre du mercredi 29 est plutôt destinée à répondre à la pluie de critiques du PP visant la gestion du cabinet Sánchez de ce dossier. En revanche avec le Maroc, sa marge de manœuvre est bien réduite. En cause, la très compliquée problématique de la migration.

Mardi et depuis Melilla, le leader du PP a sévèrement pointé du doigt le «silence» des socialistes au pouvoir face à la «décision unilatérale» prise par le Maroc.  

Face aux membres de son parti, Pablo Casado a surtout dénoncé l’inaction des ministères des Affaires étrangères et des Finances. «Ils doivent entreprendre les actions diplomatiques nécessaires pour que la douane puisse rouvrir immédiatement», a-t-il souligné, rappelant que le gouvernement Sánchez «n’a fait aucune déclaration» à ce propos.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com