Menu

Economie Publié

Affaire de la CFCIM : Le ministère français de l’Economie interpelé suite à l’article de Yabiladi

Suite à nos articles révélant l’existence de conflits d’intérêt au sein de la plus grande CCI française à l’étranger, Bruno Le Maire, ministre français de l’Economie et des finances a réagi à cette affaire. Il a été saisi par le député de la 9ème circonscription des Français de l’étranger.

Temps de lecture: 2'
Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire à l'Elysée, le 18 mai 2017. / Ph. Phillipe Lopez - AFP

Les conflits d’intérêt au sein de la Chambre française du commerce et de l’industrie du Maroc (CFCIM), plus grande CCI de France à l’étranger, devrait faire l’objet d’une enquête de la part des autorités françaises compétentes.

Saisi par M’jid El Guerrab, député de la 9ème circonscription des Français de l’étranger, Bruno Le Maire, ministre français de l’Economie et des finances a dit prendre note des éléments de ce dossier. «Vous avez bien voulu appeler mon attention sur les pratiques de la Chambre française du commerce et de l’industrie du Maroc, écrit le ministre dans sa réponse. J’ai demandé à Mme Odile Renaud-Basso, directrice générale du Trésor, de faire le point sur ce dossier.» Le ministre promet également d’apporter une réponse dans les meilleurs délais.

Dans sa lettre, le député informe le ministre sur les «pratiques douteuses» révélées au sein de la CFCIM. «Je regrette la publicité qui lui est actuellement faite dans les médias. Les faits dénoncés pourraient, selon les journalistes du journal Yabiladi, constituer un possible conflit d’intérêt», écrit le député Ex- La République en marche (LREM). «Je connais notamment ce média pour son sérieux et sa rigueur journalistique», enchaîne-t-il.

Conflits d’intérêt au sein de la CFCIM

M’jid El Guerrab s’est également demandé s’il était envisageable «d’instruire une enquête et de demander un audit au sein de la CFCIM [pour] lever toute forme d’idée de complaisance à l’égard de personnes citées dans ces articles».

A l’origine de cette saisine, l’article de Yabiladi publié le 16 juillet dernier et intitulé «Maroc : Business douteux au sein de la plus grande chambre française à l’étranger». Un article dans lequel notre média révélait des pratiques au sein du bureau exécutif de la Chambre portant préjudice à la mission de l'institution et à ses entreprises membres.

Yabiladi évoquait notamment le cas de Frank Dautria, administrateur de la catégorie Industrie de la CFCIM, membre du bureau exécutif de l’association et directeur associé du cabinet «Monceau Juridique & Fiscal». Ce dernier a été lié à la CFCIM par le biais d’un contrat et de plusieurs commandes depuis 2015.

Yabiladi a également révélé, dans un second article, que ces pratiques sont interdites selon le «Code d’éthique professionnelle» de la CFCIM et la Charte d'adhésion de la CCI France International qui condamne fermement tout conflit d'intérêts.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com