Menu

Article

Gouvernement marocain cherche argent chez ses citoyens fortunés

Ses difficultés financières auxquelles ont conduit le gouvernement marocain à vouloir suivre l’exemple de certains pays riches : taxer les citoyens les plus fortunés pour renflouer les caisses de l’Etat.  L’idée, émise depuis des années par certaines formations politiques, ne résoudra pas pour autant les problèmes budgétaires. C’est une réforme globale du système fiscal qui s’impose, selon certains économistes.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

Le gouvernement envisage de grignoter sur les avoirs des Marocains les plus fortunés pour soutenir certains de ses projets sociaux. La lettre de cadrage de la loi de Finances 2012 fait état de la création d’un fonds de solidarité, soutenu par cette nouvelle taxe appliquée sur les aspects extérieurs de richesse. Selon Nizar Baraka, ministre délégué chargé des Affaires économiques et générales, ce fonds de solidarité servirait à financer des projets comme le régime d’assistance médicale ou l’opération 1 million de cartables au profit d’élèves issus de familles nécessiteuses.

Il s’agira donc de taxer «les signes extérieurs de richesse» et non la fortune elle-même. Autrement dit, un milliardaire qui garde son argent dans une banque ne serait pas taxé s’il ne montre aucun signe de richesse ! Les critiques fusent déjà, notamment au sein de la classe politique à l’instar de partis comme l’USFP, le PJD ou encore le PSU, qui plaident, depuis des années, pour un impôt sur la fortune.

Bonne idée… mais encore

L’économiste Mohammed Chiguer qui attend de voir comment cette nouvelle taxe sera appliquée, croit qu’il s’agit là d’une «très bonne idée» de taxer les riches au profit des pauvres. Mais, à ses yeux, ce ne sera là qu’un calmant pour le système fiscal marocain qui, en réalité, a besoin d’une «réforme et d’une vision globales». Une des tares du système fiscal marocain estime Chiguer, c’est que «la donne change à chaque loi de Finances».

Réformer ce système qui du reste est jugé «inéquitable», exige d’abord de «répartir la pression fiscale sur l’ensemble des acteurs et en faire un levier de croissance». Aujourd’hui, ce sont les salariés qui supportent beaucoup plus les pressions fiscales, constate cet économiste. Le réexamen de «tout ce qui est exonération fiscale» s’impose selon Mohammed Chiguer. Il n’est d’ailleurs pas le seul à être de cet avis. Khalid Hariri, député de l’USFP et membre de la Commission des Finances au Parlement abonde dans le même sens.

Les riches sont-ils d’accord ?

L’exonération fiscale touchant l’immobilier social, qui profite en réalité plus aux promoteurs qu’aux populations démunies, est notamment pointé du doigt, ainsi que celle concernant les grands exploitants agricoles. Le manque à gagner sur toutes ces niches fiscales varie entre 2 et 10 milliards de dirhams ! Chiguer met aussi l’accent sur la croissance économique, que l’Etat ne doit pas négliger.

Pour le moment, la priorité du gouvernement en fin de mandat n’est autre que sa taxe de solidarité. Le patronat n’a pas encore donné son avis, mais il faudrait s’attendre d’ores et déjà à une levée de boucliers de certains lobbies qui n’entendent nullement partager leurs privilèges avec les classes sociales les moins favorisées.

fiscalité proportionnele
Auteur : akounkou
Date : le 09 septembre 2011 à 19h08

Les impôts et les taxes existent au Maroc,les redressements fiscaux aussi ils sont même impitoyables.
Le problème c'est toujours les petits et les manchots qui payent .
Les amis du pouvoir sont intouchables et plus puissants que le fonctionnaire qui voudrait se frotter à eux.
Les fermes exploitées par leur propriétaire dans les années 70 sont vendues ou louées à des Espagnoles à cause du système d’exportation. mis en place par l'état.

Est-il normal que les principaux responsables au pouvoir cumulent des casquettes de:fermier,promoteur, entrepreneur, pompiste, commerce de gros avec l'exclusivité, exploitation de carrière, tout ce qui est juteux.
Les taxes pour tout le monde
Auteur : TALFIT
Date : le 09 septembre 2011 à 16h26
La taxe et les dons ou charité sont deux choses différents .
Le gouvernement conservateur veut cacher les non payeurs de taxes (les riches) dont il fait parti en donnant une aumone à l'état pour soulager les pauvres ,c'est immoral .
Les taxes doivent être une obliguation pour tous les citoyens selon leurs revenus .Je ne comprends pas pourquoi les propriétaires terriens exportateurs ou non ne payent pas leurs impôts depuis des décennies et ce n'est qu'un exemple flagrant parmi d'autres .La réforme globale du systéme fiscal au Maroc est nécessaire et d'urgence....
le Roi et sa troupe ne sont dupes.........
Auteur : pouic2011
Date : le 09 septembre 2011 à 11h45
D'abord il nous faut construire des prisons 5 étoiles car la criminalité au col blanc est plus répandue au Maroc qu'ailleurs.En commençant par la corruption,conflits d'intérêts,associations de malfaiteurs et narco-trafiquants.La Justice aura bcp à faire avec ces Gens là que les simples citoyens et après avoir fait le grand nettoyage,nous devrons mettre en place des dirigeants avec toute transparence,sans oublier le rapatriement de tous les biens et,argent et or placés par ces dirigeants là à l'étranger....
La solution
Auteur : abdo447
Date : le 09 septembre 2011 à 09h10
Pour permettre a l'état Marocain de collecter toute l'argent qui lui revient de droit ( Impots taxe etc...) il faut mettre rapidement et en urgence les mesure suivante:

1/ interdire le paiement en LIQUIDE de toute transaction supérieur a 5000 Dhs.

2/ lancer une grande opération de Bancarisation de la société Marocaine ( chaque citoyen de plus de 15 ans doit avoir un compte bancaire) ceci afin dameliorer la traçabilité de l'économie marocaine.

3/ criminaliser la fraude fiscale

4/ tout responsable de l'état doit déclarer Son Patrimoine, celui de sa Femme et celui de Ses Enfants, Tous les Ans tant qu'il occupe une fonction au service de l'état marocain.

4/ Mettre en détention Immédiate toute personne Soupçonné de détournement de l'argent Public


Alors déjà avec ses Mesure on va régler 80% des problèmes financiers du Maroc
Spécificité...
Auteur : ElChamali
Date : le 08 septembre 2011 à 20h41
Sachant qu'aucune somme d'argent n'est tracée, déclarée, ou connue.

Pour l'état Marocain nul autre solution que de s’intéresser aux signes manifestes de richesse. Et c'est déjà un grand pas en avant. Donc au lieu de critiquer en permanence quoi qu'il se fasse,

Il faut aussi encourager les mesures qui au moins vont dans le bon sens.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com