Menu

Sport Publié

Tanger : À la rencontre du dernier Marocain joueur de l’Unión Deportiva España

Abdelkader Bzioui est le dernier joueur marocain à avoir touché le ballon au sein de l’Unión Deportiva España, avant la disparition du club lors de l’indépendance du Maroc en 1956.

Temps de lecture: 3'
Abdelkader Bzioui dans l’ancien stade municipal tangérois d’El Marshán. / Ph. Tarek Ananou

A Tanger, on le considère comme un «patrimoine» sportif, témoin vivant de l’époque où la ville du Détroit abritait le légendaire club de l’Unión Deportiva España, entre 1946 et 1956. Abdelkader Bzioui est en effet le seul Marocain encore vivant à avoir joué au sein de cette formation de deuxième division espagnole dans les années 1940.

Cet ancien gardien de but aujourd’hui âgé de 90 ans a confié ses souvenirs au journal espagnol El Mundo. «Je me souviens de Luisito et de Jenaro… Presque toute l’équipe était composée d’Espagnols nés à Tanger et de joueurs d’équipes andalouses et nous n’étions que trois Marocains», confie-t-il à la terrasse d’un café, celui-là même où il vient s’asseoir chaque jour depuis vingt-cinq ans. «Moi, j’étais un gardien de but qui se distinguait par ses sorties. J’arrivais toujours à récupérer le ballon», se souvient-il.

A Tanger, ce sont initialement les Britanniques qui ont commencé à toucher au ballon. Puis, lorsque l’Espagne a pris le contrôle de la ville en 1912, les fils des diplomates et des militaires espagnols ont formé les premières équipes. Abdelkader Bzioui, lui, est né en 1928. Il a d’abord joué pour le Club Deportivo Maghreb Al-Aksa, alors présidé par le célèbre cinéaste et critique d’art Emilio Sanz. Ce n’est qu’à la fin de l’année 1946 que les Espagnols installés à Tanger créent l’Unión Deportiva España, rejoignant ainsi la fédération hispano-marocaine de l’époque.

45 victoires, 32 défaites et 13 matchs nuls

Abdelkader Bzioui rejoint l’équipe tangéroise en 1952, à l’âge de 24 ans, alors que celle-ci vient de faire son entrée dans la deuxième division. À l’époque, son voisin de l'Est, l’Atlético de Tétouan, joue en première division. «J’encaissais 200 pesetas par mois», poursuit l’ancien gardien de but.

«Lors des matchs à l’extérieur, on prenait le ferry pour Algésiras et un bus venait nous chercher pour nous emmener dans d’autres villes espagnoles. Nous avons également participé à la Generalissimo Cup (Coupe d’Espagne de football), mais sans jamais dépasser le premier match.»

Abdelkader Bzioui

Quand l’Unión Deportiva España jouait à domicile, les matchs avaient lieu au stade municipal El Marshán, d’une capacité de 2 950 spectateurs. Aujourd’hui, seules les portes du stade sont encore debout. Derrière se trouve un parc et deux terrains dotés d’un gazon artificiel. A la terrasse du café, Abdelkader aborde un groupe d’enfants jouant au football et leur livre quelques conseils. «J’ai été entraîneur à Séville et j’ai dirigé des équipes locales pendant de nombreuses années», se targue le nonagénaire.

Le club espagnol de Tanger a disputé 90 matchs en seconde division et compte à son actif 45 victoires, 32 défaites et 13 matchs nuls. La campagne 1954-1955 fut sa meilleure saison, lorsqu’il glana la quatrième position, à une place seulement de la première division.

Mais le 2 mars 1956, après l’indépendance du Maroc, leurs rêves de victoire ont pris fin avec la disparition de l’équipe, qui fusionna avec le club de football d’Algésiras pour continuer à participer à la ligue espagnole. «J’ai rejoint le Real Betis Balompié (club de football basé à Séville). Je me suis entraîné avec eux pendant quelques mois avant de finir par retourner à Tanger car ma famille me manquait», glisse Abdelkader Bzioui.

Taha, son petit-fils, estime quant à lui que son grand-père était un véritable rabatteur. «Un jour, il était venu à Ceuta et avait ramené avec lui un jeune prometteur, José Martínez Sánchez, dont les essais n’avaient pas été concluants», raconte-t-il. Signe que le flair du Marocain fonctionne : le joueur espagnol, plus connu sous le nom de Pirri, a joué en tant que défenseur dans l’équipe du Real Madrid et dans l’équipe d’Espagne. Il a remporté une fois la Coupe d’Europe des clubs champions et dix fois le championnat d’Espagne de football.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com