Politique Publié

Maroc - Polisario : Horst Köhler aurait recommandé des négociations directes

Temps de lecture: 1'
Horst Köhler, envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU au Sahara / Ph. DR.

Présent hier soir au Conseil de sécurité, Horst Köhler a saisi cette occasion pour recommander le lancement de «négociations directes» entre le Maroc et le Polisario, nous confie une source proche du dossier.

En effet, l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU n’a jamais caché son projet de poursuivre le processus de Manhasset, de 2007 et de 2008, avec ses quatre rounds. La résolution 2414 du Conseil apporte, d’ailleurs, du vent au moulin de l’Allemand.

Bien entendu, la recommandation de Köhler n’a pas été appréciée par la partie marocaine. Au terme du briefing de Köhler, elle a vite réagi en réitérant la responsabilité de l’Algérie comme «principale partie responsable de la genèse et du maintien de ce différend», comme le souligne un communiqué des autorités marocaines, parvenu à notre rédaction.

Reste à savoir si le Maroc maintiendra ou non, d’ici l’échéance d’octobre, son rejet de négocier directement avec le Polisario.

5 commentaires
participant
Date : le 10 août 2018 à 14h31
Négocier quoi ? On ne sait même pas combien ils sont ! 20 000 ou 165 000 ?
Disnay
Date : le 10 août 2018 à 13h57
Le Polisario est dominé et noyauté par l'Algérie : si jamais, par miracle, il envisage de souscrire à la solution de l'autonomie, les services algériens y fomenteraient immédiatement un "coup d'Etat" pour le reprendre en main. Car la solution de l'autonomie ne fait pas l'affaire de l'Algérie. Et la demande du Maroc de négocier la question avec l'Algérie n'a aucune chance d'aboutir, car l'Algérie est en droit de soutenir le Polisario, et de s'abstenir de "parler à sa place". En somme, la diplomatie du Maroc patauge . Le Maroc devrait d'abord " libérer" le Polisario de lemprise algérienne. Comment ? En exigeant un recensement des réfugiés, et leur dotation de cartes internationales de réfugiés , pour les identifier , et leur permettre la liberté de bouger, et de décider. C'est alors que des négociations avec le Polisario auraient un sens, et une chance d'aboutir. Pour l'instant, il est idiot de continuer à "exiger" des négociations avec les Algériens : ça les fait bien rire, et rien d'autre.
Checkpoint1
Date : le 10 août 2018 à 00h13
En vérité le Maroc n’a nullement l’intention de retourner à la table des négociations car il estime qu’il n' a rien à négocier avec le Polisario ! Encore un point de divergence avec l’ONU qui fait de ces discussions directes une condition sine qua non pour sortir de l’impasse. Une chose est sûre, et peu importe les prochaines échéances du CS, ce conflit a encore des beaux jours devant lui et un e statu quo qui arrange beaucoup de monde au Maroc comme à l’étranger.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com