Menu

Média Publié

Maroc : La FMEJ gèle sa contribution à la création du Conseil national de la presse

Temps de lecture: 1'
Noureddine Miftah, président de la Fédération marocaine des éditeurs de journaux / Ph. DR.

Le Bureau exécutif de la Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ) a salué la décision des éditeurs de geler leur contribution au processus de constitution du Conseil national de la presse (CNP). Il a également exprimé son «profond regret» de la démission de Mohamed El Brini. Fondateur du quotidien Al Ahdath Al Maghrebia, il était le huitième membre désigné de la FMEJ au sein du CNP.

Dans un communiqué parvenu dimanche à la MAP, la fédération indique que les éditeurs gèlent cette contribution, en attendant un assainissement du climat. Notant avoir reçu samedi la lettre de démission de Mohamed El Brini, la même source indique que ce départ est «plein de leçons et de significations». Il intervient après la réunion d’évaluation, tenue vendredi par les éditeurs élus au sein de Conseil, en présence d’El Brini.

L’évaluation des collègues s’accorde avec le contenu de la lettre de démission d’El Brini, adressée au président de la FMEJ, au sujet «des conditions malsaines qui entourent la constitution du Conseil». Dans sa lettre, l’ancien directeur de publication d’Al Ahdath Al Maghrebia affirme que le climat dans le paysage médiatique, depuis le lancement de l’opération de la formation du Conseil, a empiré.

La constitution du CNP est marquée par nombre de dissonances internes. Peu avant la tenue des élections du conseil, le 22 juin, deux des trois listes candidates ont annoncé leur retrait, soulignant notamment des «irrégularités». Les têtes de liste «Le changement» et «Fidélité et responsabilité», respectivement Ali Bouzerda et Abdessamad Bencherif, avaient souligné ne pas être concernés par ces élections, «encore moins par les résultats qui en découlent».

Quant aux journalistes de la MAP, ils avaient déposé plainte en référé auprès du tribunal administratif de Rabat, afin d’invalider l’élection, en raison de la privation d’«une partie non négligeable du corps journalistique d’exprimer sa voix».

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com