Sport Publié

Mondial 2026 : Un vote sur fond politique

Le Maroc se présentait pour la cinquième fois devant la FIFA pour organiser la Coupe du monde. Avec 134 voix, le trio nord-américain a su s’imposer face au Maroc. Mais à quel prix ?

Temps de lecture: 3'
./Ph. DR

Sans grande surprise, le Maroc n’a pas pu s’imposer face au trio nord-américain. L’organisation de la Coupe du monde 2026 a été confiée aux Etats Unis, au Canada et au Mexique. Suite à un vote des 203 fédérations présentes pour le 68ème congrès de la FIFA, le trio a récolté plus de 134 voix contre 65 pour la candidature marocaine.

Le scrutin, relayé sur le site web de la FIFA, prouve bel et bien que le premier vote de ce genre a été marqué par une forte connotation politique. Il est à noter que deux absents ne se sont pas prononcé lors du congrès. Il s’agit des Iles Vierges des Etats Unis et de Porto Rico.

Une candidature africaine, mais pas arabe  

Comme annoncé, l’Arabie Saoudite a voté pour les Etats-Unis, le Mexique et le Canada. Quant à l’Iran, qui avait annoncé il y a quelques jours soutenir le Maroc, il est le seul pays à n’avoir voté ni pour le Maroc ni pour la candidature nord-américaine.

Cependant, le dossier marocain a été appuyé par 65 pays, parmi eux la France, la Chine, l’Italie, le Brésil, la Turquie, le Corée du Nord, les Pays-Bas, le Luxembourg, l’Albanie et la Tanzanie.

Par ailleurs, c’est quasiment un carton plein qu’a effectué le Maroc en Afrique. La candidature qui se voulait africaine a été soutenue par le Niger, le Nigéria, le Soudan, le Togo, le Burkina Faso, l’Ethiopie, le Sénégal et le Gabon, entre autres.

A l’inverse, onze pays du continent n’ont pas voté pour le Maroc : la Guinée, la Namibie, le Liberia, le Lesotho, le Mozambique, le Bénin, le Botswana, le Cap-Vert, l’Afrique du Sud, la Sierra Leone et le Zimbabwe, précise Le Monde.

En Afrique du Nord, malgré les quelconques tensions qui pourraient être évoquées, tous se sont rangé aux côtés du Maroc, que ce soit l’Algérie, la Mauritanie, la Tunisie, le Libye et l’Egypte. Au contraire, presque tous les pays arabes ont voté pour la candidature américaine, avec à sa tête les Etats-Unis. Seuls le Qatar, Oman, la Palestine, la Syrie et le Yemen ont voté pour le Maroc.

L’autre grande surprise de ce vote a sans doute été le Brésil. Le pays d’Amérique latine a été le seul à se prononcer en faveur du Maroc. Car, comme l’explique un proche du dossier au quotidien Le Monde, les pays d’Amérique du Sud sont très proches de la candidature américaine. De plus, «seule la confédération sud-américaine a refusé de (les) recevoir», note la même source. 

Campagnes saoudiennes et pression trumpienne

En ce qui concerne l’Asie, malgré le soutien de la Chine, le Kazakhstan ou encore Macao, tous se sont alliés aux Etats-Unis. Un vote qui s’expliquerait selon certains par les campagnes menées par l’Arabie Saoudite pour évincer le Maroc.  

Plusieurs sources ont déclaré au quotidien français que «Riyad ne s’est pas contenté de voter contre le Maroc, il a aussi mené une intense campagne dans le Golfe et en Asie». Cette obstination saoudienne serait «une façon de s’opposer au Qatar [avec lequel l’Arabie saoudite a un contentieux politique], qui avait déclaré son soutien au Maroc. Mais c’est aussi dû aux pressions économiques venues des Etats-Unis», explique la même source.

Pour rappel, après la montée des voix en faveur du Maroc, le président Donald Trump avait clairement fait savoir sur son compte Twitter que s’ils n’étaient pas soutenus lors de cette candidature, les Etats-Unis feraient de même, y compris à l’ONU.

Des promesses qui seront tenues

Outre cette défaite prévisible, le quotidien rappelle que grâce à ce dossier, le Maroc a su redorer son image à l’international. En effet, la communication autour cet évènement, l’engouement populaire, les nouvelles alliances que s’est créé le Maroc et surtout ces beaux projets sont ceux à retenir.

Par ailleurs, le comité de candidature Maroc 2026 a félicité le trio nord-américain. Le président du comité, Moulay Hafid Elalamy, a souligné que «le Maroc est fier d’avoir mené une campagne engagée, éthique et s’inscrivant totalement dans le respect des règles imposées par la FIFA».

De plus, les programmes annoncés seront tenus, précise le communiqué : «Sous la conduite éclairée de Sa Majesté Le Roi, le Royaume du Maroc est déterminé à continuer sa trajectoire. Les projets que nous avons présentés dans le dossier de candidature seront réalisés. Nous avons géré cette candidature avec un esprit sportif et nous poursuivrons notre chemin dans le même esprit».

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com