En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez Politique de confidentialité et l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X


Politique Publié

ONU : Deux élus sahraouis unionistes participent à nouveau au Comité des 24

Après la percée réalisée en mai à Grenade, le Maroc a réussi à imposer une nouvelle fois la présence de deux élus sahraouis à l'occasion de la réunion du Comité des 24 relevant de la 4e Commission de l'ONU des affaires politiques et de la décolonisation. 

Temps de lecture: 2'
Deux élus sahraouis ont participé à la réunion du Comité des 24 à l’ONU / DR

La présence d'élus sahraouis à des réunions internationales se confirme. Lundi au siège des Nations unis à New York, «Mme Ghalla Bahiya et Ahmed Abba, vice-présidents respectifs des régions Dakhla-Oued Eddahab et de Laâyoune - Saguia El Hamra ont pris part aux travaux du Comité des 24 relevant de l'Assemblée générale», indique le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué parvenu à notre rédaction.

Les deux «ont pris la parole, en leur qualité d'élus de la région du Sahara marocain. La participation éclatante au Comité des 24 constitue une nouvelle déconvenue pour l'Algérie, battant ainsi en brèche une prétendue représentation du "polisario"», se félicite la même source.

Le Maroc ose enfin la carte des Sahraouis unionistes

Ce succès diplomatique rassure la partie marocaine, d'autant qu'il intervient juste un mois après la percée réalisée, les 9 au 11 mai à Grenade, à l'occasion de la réunion dudit Comité relevant de 4e Commission des affaires politiques et de la décolonisation de l'ONU.

Après des années de méfiance à l'égard des élus sahraouis, le Maroc a fini par les intégrer dans ses équipes négociatrices avec l'ONU. Lors de la première réunion avec Horst Köhler, du 6 mars à Lisbonne, la délagation marocaine comptait la présence des présidents des régions de Laâyoune-Sakia Al-Hamra, Sidi Hamdi Ould Errechid, et de Dakhla-Oued Eddahab, Ynja Khattat.

Ce dernier est, d'ailleurs, un ancien cadre du Polisario rentré au Maroc pour se lancer dans le monde des affaires et la politique. Les deux membres du parti de l'Istiqlal sont originaires des provinces sahariennes.

Cette ouverture devrait se poursuivre alors que le royaume est en négociation avec l'Union européenne pour l'élargissement de l'accord agricole et le renouvellement du protocole de la pêche de juillet 2014.

Elle est d'ailleurs la seule voie qui s'offre aussi bien à Rabat qu'à Bruxelles pour contourner les arrêts de la Cour de justice de l'Union européenne de 2016 et 2017. La première décision avait ordonné aux Vingt-huit d'exclure le Sahara occidental de tout traité commercial avec le Maroc alors que le deuxième a conclu que l'accord de pêche n'est, en l’état, pas applicable à ce territoire.

4 commentaires
moden
Date : le 13 juin 2018 à 12h48
De facto, le batârd polisArioule va se trouver isolé et abandonné, il ne lui restera que l'aliène algérienne sa marraine et les corrompus ANC and Co pour le téter
sarafanxxl
Date : le 13 juin 2018 à 11h48
c'est ce qu'il fallait faire dés le départ .couper l'herbe sous les pieds des mercenaires d'alger, et prouver au monde que les légitimes représentants du sahara ,sont ceux qui résident au sahara et qui le gèrent. ""encore une victoire pour l'algérie et son invention Polisario""
FATEM95
Date : le 13 juin 2018 à 08h28
Avec la réussite des élections législatives et leur taux de participation, c'est une carte maîtresse. C'est un sillon à creuser. Ça donne au passage une réalité à l'autonomie et la fait sortir du cadre abstrait. Décidément ce ministre....
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com