Politique Publié

Buhari au Maroc : L’agriculture comme atout pour l’élection présidentielle de 2019

La contribution capitale du royaume au développement de l'agriculture nigériane est au centre de l'agenda marocain du président Buhari. En ligne de mire, l’élection présidentielle en février 2019.

Temps de lecture: 2'
Muhammadu Buhari et Mohammed VI / Archive - DR

Muhammadu Buhari, a quitté cet après-midi l'aéroport d'Abuja à destination du Maroc pour une visite de travail de deux jours suite à l’invitation du roi Mohammed VI. L'occasion pour les deux leaders de faire le suivi des «engagements pris lors de la visite officielle, de décembre 2016, de Sa majesté au Nigeria», indique Garba Shehu, l'assistant en communication du président, dans un communiqué diffusé samedi 9 juin.

A Rabat les discussions entre Buhari et le souverain porteront sur les moyens de consolider «les accords déjà existants sur l'industrie des engrais, la coopération dans l'enseignement, le projet du gazoduc Maroc-Nigeria et l'établissement d'une plateforme chimique destinée à exploiter les énormes ressources en gaz naturel au Nigeria ainsi que les phosphates», souligne la même source.

L'agriculture, atout de Buhari pour février 2019

Muhammadu Buhari parie sur la concrétisation des projets signés en décembre 2016 afin de présenter un bilan «honorable» au scrutin présidentiel de février 2019. La modernisation de l'agriculture est, d'ailleurs, la principale carte entre les mains du président afin de rempiler pour quatre années supplémentaires.

Et ce n'est pas un hasard, si le chef de l'Etat avait lancé son ambitieux programme «Initiative présidentielle sur les engrais» (the Presidential Fertilizer Initiative, PFI) juste après la visite de Mohammed VI à Abuja en décembre 2016. La distribution de millions de sacs d'engrais de 50 kg aux agriculteurs nigérians a des prix raisonnables contribuera, sans doute, à booster la popularité de Buhari auprès des électeurs nigérians.

Ce pari sur l'agriculture se reflète également dans la composition de la délégation accompagnant le président nigérian au Maroc. Elle comprend notamment les gouverneurs Dave Umahi de l'Etat d'Ebonyi et Abubakar Badaru de l'Etat de Jigawa. La première région est située au sud de la république fédéral, tandis que l'autre au nord. Pount commun : toutes les deux accordent une place particuilière à la culture des terres.

La visite de Buahri au Maroc a été précédée d’une audience royale accordée, le samedi 20 mai, à un émissaire du président nigérian. 

17 commentaires
moss_26176
Date : le 11 juin 2018 à 20h36
Jouer sur les mots est hors sujet, mais à ce propos... Personnellement dès le début je n'étais pas pour un boycott des produits pas très nécessaire, comme les eaux minérales, tout le monde sait qu'elles sont extrêmement chers mais personne n'oblige personne à en boire encore moins à en acheter, pareil pour le lait, je suis du monde rural pour connaître les déficultés rencontrées par les paysans marocains, et ils ne faut surtout pas comparer aux européens où l'eau et les pâturages coulent à longueur d'année... Par contre en ce qui concerne les carburants, je suis totalement pour, de tant plus que baisser leurs prix aura une incidence sur toute la chaîne de la vie économique... et c'est tous les distributeurs qu'il faut boycotter sans distinction. Faire un appel au convoiturage, à la marche à pied, bicyclette et autre... Comme à l'époque de la ségrégation américaine suite au refus de Ella Fitzgerald de céder sa place. Car on n'en est pas loin avec notre hogra à la marocaine. Cette crise a le mérite de mettre au grand jour les faiblesses du système marocain, où les conflits d'intérêts fonctionnent dans tous les sens, on supprime la caisse de compensation qui soit disant profitaient aux riches et on se retrouve avec une libération des prix qui profitent encore plus aux mêmes privilégiers... Cherchez l'erreur !! Et dire que le Benkiki se ramène encore avec sa grande gueule.
Citation
Itwasntme à écrit:
@moss, Faudra apprendre de A a Z la definition historique anglosaxonne et irlandaise du boycott a l opinion marocaine. C est certainement pas la destruction des emplois au Maroc. Un boycott intelligent et constructif doit avoir un but ou un goal dans une periode de temps determinee pour obtenir gain de cause sans porter prejudices a l economie nationale et aux citoyens marocains.
pax001
Date : le 11 juin 2018 à 19h43
Ils importaient de la batata pourrie, aux dernières nouvelles...
Citation
FATEM95 à écrit:
Je suis surpris aussi, depuis quand ils exportent d'autres produits agricoles que les dattes ?
FATEM95
Date : le 11 juin 2018 à 18h16
Je suis surpris aussi, depuis quand ils exportent d'autres produits agricoles que les dattes ?
Citation
pax001 à écrit:
Je ne savais pas qu'ils exportaient la batata et la maticha. Il doit y avoir anguille sous roche...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com