Politique   Publié

Lahcen Daoudi est sorti manifester avec les salariés CDT de Danone

Temps de lecture: 1'
Lahcen Daoudi a participé à une manifestation des salariés de Centrale Danone. / Ph. DR

Lahcen Daoudi, ministre chargé des Affaires générales et de la gouvernance, a attisé la polémique sur les réseaux sociaux suite à sa participation à un sit-in de protestation devant le parlement à Rabat, aux côtés des salariés de Centrale Danone. Ces derniers manifestaient contre la campagne de boycott qui vise également Oulmès-Sidi Ali et Afriquia.

Plusieurs extraits vidéos ont été partagés sur les réseaux sociaux, montrant Lahcen Daoudi en train de scander des slogans avec les manifestants. Lors de plusieurs sorties médiatiques, le ministre chargé des Affaires générales avait appelé à mettre un terme à la campagne de boycott, donnant lieu à de nombreuses critiques.

D’autre part, selon les sites d’information Al3omk et Alyaoum24, connus pour être proches du Parti de la justice et du développement (PJD), Saâdeddine El Othmani a été surpris par l’acte de Daoudi.

Selon une source proche du chef de gouvernement relayée par ces sites, il n’était pas au courant que Lahcen Daoudi allait rejoindre cette manifestation. Il «l’a appelé à l’instant où il a appris la nouvelle et l’a averti que ce n’était pas la bonne chose à faire».

5 commentaires
Khalid...
Date : le 06 juin 2018 à 19h52
https://www.hespress.com/politique/394437.html Bon débarras, c'est un incompétent et complice de certains mafieux mais ce n'est pas lui la tête de serpent, il faudrait faire du vrai ménage surtout auprès d'un parti de lobbyistes mafieux dangereux pour l'économie et la stabilité du Royaume.
Khalid...
Date : le 06 juin 2018 à 19h21
Pour ta question sur les richesses naturelles la réponse est évidente, le boycott vise plutôt les symboles de monopolisation comme Akhanouch et Bensaleh pour ne citer qu'eux, et qui dit Bensaleh dit exploitation de sources hydriques avec des marges inacceptables de point de vue économique et des marges colossales qui ne bénéficient guère aux caisses de l'Etat et aux citoyens, quant à Akhanouch pas la peine d'étaler les domaines ou il s'accapare de toutes les richesses naturelles du pays ainsi que sa main mise sur le secteur pétrolier et les bénéfices démesurés engrangés (voir le rapport parlementaire et l'avis des experts dans le domaine, ce n'est pas moi qui le dit) Et je suis certain que si on fouille un peu plus on peux trouver d'autres vautours qui s'approprient des richesses communes sans se soucier ni d’impôt, ni d'autorisation, ni de prix, on a vu ce qui s'est passé à Jerrada et qui tenait les autorisations minières, pareil pour le pillage du sable et les bénéfices stratosphériques engrangés, le domaine très très fermé de l'exploitation des carrières et qui les tient, etc... Pour la question sur les impôts c'est assez simple aussi, certains industriels malhonnêtes s'organisent pour payer moins d’impôts avec leur mainmise sur le processus fiscal et sur les interlocuteurs dans l'administration fiscale, ce n'est pas un hasard si le parti le plus détesté au Maroc et qui n'a jamais obtenu la majorité s'approprie des ministère clés ainsi que la CGEM ! Le boycott a permis (en partie) de dénoncer ces manigances et ces personnages fourbes, comment tu peux interpréter par exemple le montant payé par Ben Salah concernant la taxe communale (soit disant acquittée) par la société EMO (90 millions de dirhams) à la commune moyenâgeuse et pauvre d'Oulmès, le mensonge est gros comme une montagne !! Pour ta 3éme question, j'ai évoqué la question des prix parceque certains produits ont connus des augmentations exponentielles inexplicables, un gouvernement qui se respecte ne se permet pas de fermer les yeux sur de telles pratiques (bien loin de toute logique marxiste communiste ou je ne sais quoi) comment daigner voir par exemple un prix de 25 dirhams le kg de sardines alors que le prix initial du pêcheur qui a investit dans un bateau, qui paye le gasoil, qui passe la nuit en plein mer en risquant sa vie ne dépasse pas les 3 dirhams ! mais que fait l'Etat alors pour protéger à la fois le pêcheur qui investit, produit, travaille et le consommateur incapable d'acheter le seul poisson qui était encore à sa portée toute en fermant les yeux sur toute la filière informelle ou mafieuse sachant que les ressources fiscales perdues sont énormissimes ! Pareil pour d'autres produits de consommation quotidienne et les exemples qui montrent que l'Etat ne bouge pas d'un iota n'en manquent pas... Je ne sais pas si tu vis au Maroc mais faudrait que tu saches que la situation a atteint un point très critique, le citoyen s'est retrouvé face à un mur, un gouvernement et des interlocuteurs qui s'en balancent et méprisent le peuple, estime toi heureux que les gens ne sortent pas dans la rue pour tout casser et déclencher une violente contestation, je trouve que le boycott a permis aux marocains d'exprimer pacifiquement et intelligemment une profonde inquiétude et une situation invivable sans tomber dans toute forme de violence ou d'anarchie qui ne serait souhaitable pour personne.
FATEM95
Date : le 06 juin 2018 à 18h00
Je ne vois pas comment s'appliquent concrètement les arguments que tu avances (qui sont du domaine du ressenti et qui restent à démontrer factuellement) au cas de figure de Centrale. - de quelles richesses naturelles ou matières premières il s'agit ? - qui te dit qu'ils ne paient pas d'impôts ? - c'est quoi cette notion de "prix régulés en fonction du niveau de vie" ? Les prix normalement dépendent de la qualité et du prix de revient et non pas du consommateur sauf dans une économie non libérale (communiste) où l’État compense les prix, tous les prix. Et puis tu ne réponds pas à mon questionnement car si on fragilise cette entreprise on risque de la tuer mais aussi de tuer l'environnement où elle se trouve. Je connais personnellement des éleveurs qui travaillent avec Centrale. Si elle ferme, ils seront sur le carreau ainsi que les salariés de la société et le résultat sera NUL. Car l'action est non réfléchie. Ce militantisme jusqu’au-boutiste est une calamité car il fonctionne avec des gens sans cerveau. Il agissent sans penser aux conséquences. Ce n'est pas parce qu'on souffre qu'on fait n'importe quoi. Mais comme j'ai dit ceux qui ont lancé cela ne prennent aucun risque, ils sont au chaud de la fonction publique. Ce type d'action est une illusion. Et ses lendemains vont déchanter malheureusement pour les plus pauvres. Les ouvriers et les petits producteurs. L'action est absurde en elle-même: Danone, comme l'eau minérale comme le gazole ne font pas partie des éléments essentiels de la consommation des marocains qui restent l'huile, le sucre, le thé, l'électricité, les légumes, le taxi et le téléphone mobile.
Citation
Khalid... à écrit:
D'abord le boycott n'est pas du tout une idée ou un acte inventé et ce n'est pas une idée d'illuminés ni d'illuminatis, le boycott existe dans toutes les situations ou il n'est pas possible de trouver une solution ni un interlocuteur pour pouvoir trouver un accord ou une solution à une crise majeure et grave. Le peuple marocain souffre depuis bien longtemps du cout de la vie, des prix exorbitants, des augmentations qui n’obéissent à aucune logique économique ou mathématique et de gouvernements successives et traitres qui ne se soucient d'aucune inquiétude ou de demandes de ceux qui les ont mis au pouvoir. Les marocains épuisés, exténués et ne voyant aucune considération ni une moindre attention de la part du gouvernement, des syndicats, des associations de défense des consommateurs, de la justice et des différentes institutions censées défendre les citoyens lambda, les marocains ont choisi de faire recours au boycott et ils sont en plein droit, personne ne les oblige d'acheter une telle ou telle marque ! Les choix sont judicieux et bien ciblés parcequ'ils visent des symboles qui représentent tout ce qui est détestable pour eux et pour l'économie du pays en général, ces symboles en plus des gains stratosphériques qu'ils réalisent en imposant des tarifs exorbitants, ces symboles ne payent pas d’impôts, imposent aux concourants des tarifs précis et de surcroit ils s'accaparent pour certains des richesses naturelles du pays appartenant logiquement au peuple et pour d'autres de matières premières à des prix risibles et ne font aucun effort pour réguler les tarifs et prendre en considération le niveau de vie des citoyens, les salaires de la majorité et l'extrême pauvreté qui règne au Maroc. Donc pour moi le boycott est légitime et ce n'est pas au peuple de faire des concessions, c'est aux multi-milliardaires de descendre un peu sur terre, l'Entreprise en tant que structure est certes essentielle pour l'économie du pays mais le consommateur qui achète, le salarié qui produit des richesse et le contribuable qui paye ses impôts directes et indirectes sont l'élément cardinal d'une société qui respecte ses citoyens...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com