Menu

Politique   Publié

Campagne de boycott : Un député demande à El Othmani de démissionner

Cet après-midi un député du PAM a demandé au chef du gouvernement de dissoudre la Chambre des représentants et de présenter sa démission.

Temps de lecture: 2'
Saâdeddine El Othmani, chef du gouvernement / Archive - DR

Les appels au boycott des produits de trois sociétés continuent d'alimenter la polémique au Parlement. Ce lundi à l'occasion de la séance des questions orales à la Chambre des représentants, un député du PAM nullement convaincu par l'approche gouvernementale sur cette crise a demandé à Saâd-Eddine El Othmani d'opérationnaliser l'article 104 de la Constitution.

Le texte autorise en effet le chef de l'exécutif à «dissoudre la Chambre des représentants par décret, après avoir consulté le roi, le président de cette Chambre et le président de la Cour constitutionnelle. Le chef du gouvernement présente devant la Chambre des représentants une déclaration portant notamment sur les motifs et les buts de cette décision». Le PAMiste en a profité pour réclamer également la démission du chef du gouvernement.

C'est la seule voie possible, a-t-il assuré, pour que le peuple accepte de pardonner la classe politique. Il s’est dit nullement convaincu par la multiplication des appels émanant du chef de l'exécutif aux Marocains à «maudire Satan pendant ce mois sacré de Ramadan et tourner la page du boycott».

Nouvelle fuite en avant de Lahcen Daoudi

La réponse du ministre des Affaires générales du gouvernement n'a pas été à la hauteur. Une fois de plus Lahcen Daoudi a opté pour la fuite en avant, rappelant au député du Tracteur la volonté exprimée par son nouveau secrétaire général, Hakim Benchemmach, de «combattre l'islam politique». Des propos ayant suscité l'ire du groupe PAM.

«En islam, il n'y a pas de différence entre le politique et le religieux. L'islam c'est l'islam.»

Lahcen Daoudi

Craignant les conséquences d'une prise de bec sur le cours normal de la séance, la présidente de la séance des questions orales de ce mardi 4 juin, Amina Maâ El Ainin a tenté de jouer les intermédiaires. Mal lui en a pris ; elle a été sèchement rappelée à l'ordre par un Daoudi visiblement excédé. «Je n'ai pas d'ordre à recevoir de ta part», lui a-t-il lancé sans ménagement.

Heureusement, la pjdiste n'a pas réagi à la provocation de son «frère» au sein du parti de la Lampe. Avec patience, elle réussira même à ramener les députés du PAM au calme. 

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com