Menu

Culture Publié

Diaspo #43 : Rachid Santaki, le féru d’écriture et de mots

Rachid Santaki, nommé le 19 mai dernier, au grade de Chevalier de l’Ordre national du mérite est un Franco-marocain amoureux des mots et de l’écriture. Avec un parcours atypique, l'homme de 44 ans à se frayer son petit chemin au sein du monde culturel en France.

Temps de lecture: 3'
Rachid Santaki a organisé une dictée géante au stade de France. / Ph. Aiman Saad Ellaoui

Rachid Santaki est sur plusieurs fronts : auteur, scénariste, et même organisateur de dictées géantes. Le Franco-marocain s’engage depuis plus de dix ans au service de la culture et de la littérature en France. Depuis son plus jeune âge, Rachid est mû par l’envie d’écrire, par l’amour des mots.

Pourtant, ce natif de Saint-Ouen (Île-de-France) était loin d’être un élève modèle. «L’école ce n’était pas mon truc. Je suis arrivé au bac pro, que je n’ai pas eu. De là, j’étais balloté dans divers orientations professionnelles», confie à Yabiladi, le romancier. De là, Rachid Santaki enchaîne les boulots «alimentaires». En 2000, l’auteur fait une rencontre déterminante puisqu’il participe à un site internet avec un ami : «Je me suis raccroché petit à petit à la presse et à l’écriture, sinon j’avais décroché de tout ça, j’en étais même très loin».

Patron de presse

En 2003, Rachid Santaki se lance dans une nouvelle aventure : Une revue urbaine gratuite intitulée 5 Styles qu’il dirige pendant huit ans et qui l’a formé au métier de patron de presse, mais également à l’écriture. «J’avais loupé le coche du numérique et du digital, au lieu d’amener la revue sur le web et de fédérer un projet autour, à un moment il n’y avait plus de perspectives», se remémore le natif de Saint-Ouen. Mais une idée tourne sans cesse dans sa tête, une passion qui l’anime, celle d’écrire.

Quand la page de la revue s’est tournée, Rachid Santaki se jette corps et âme dans l’écriture de romans policiers qui se déroulent à Saint-Denis. «En 2008, j’ai publié mon premier roman et depuis je n’ai fait que ça. J’ai ainsi publié près de dix ouvrages», précise-t-il fièrement.

Le point fort de l’écrivain c’est sa manière de créer des événements autour de ses ouvrages et sa façon de gérer le street-marketing. «Je faisais beaucoup d’affichage sauvage, j’utilisais les réseaux sociaux de l’époque et une fois j’ai même fait une bande annonce pour un de mes livres, comme si c’était un film», raconte-t-il. Le succès ne tarde pas à entourer la sortie de ses ouvrages.

Dictées géantes

Toutefois, Rachid Santaki a une autre casquette qui le différencie des autres et qui montre son côté engagé pour la culture. Depuis qu’il découvre le concept des dictées géantes en 2013, lorsqu’il est invité en tant qu’auteur par la ville de Clichy-sous-Bois, l’écrivain s’emploie depuis à organiser des dictées géantes dans toute la France. Le 31 mars dernier, il l'organise même au Stade de France : «la plus grande dictée du monde, avec 1473 participants».

«Le but de la dictée c’est de réunir les gens autour d’un exercice, dédramatiser, s’amuser, prendre du plaisir, y aller avec les copains.»

Rachid Santaki

Rachid Santaki ambitionne même d’exporter le projet des dictées géantes à Marrakech, la ville de son père. «L’idée c’est de le faire au moins dans deux villes au Maroc. Là on est en train de se pencher dessus, on va voir comment on va organiser tout ça», ajoute le romancier. Par ailleurs, il est très attaché au royaume, où il a vécu pendant ses cinq premières années, il confie venir régulièrement et tenir particulièrement à Marrakech, qu’il privilégie. «J’ai toujours voulu concrétiser des choses au Maroc, ça fait partie de mes rêves», souffle-t-il.

«Aujourd’hui écrire c’est mon métier. J’écris des romans, des scénarios, j’anime des ateliers, j’organise ces dictées. C’est un outil d’émancipation personnel.»

Une dictée géante avec Rachid Santaki. / Ph.Yann MambertUne dictée géante avec Rachid Santaki. / Ph.Yann Mambert

Tout cet engagement et ce travail acharné a fini par porter ses fruits. En 2006, il reçoit le prix Espoir de l’économie à la chambre de commerce et d’industrie de Paris pour son travail avecla revue 5 Styles. En 2010 il est primé par le ministère de la ville sur la thématique de la réussite et de l’accompagnement éducatif. Enfin, le 19 mai dernier, il est nommé au grade de Chevalier à l’Ordre national du mérite.

Rachid Santaki est l'auteur de La Petite Cité dans la prairie, son premier livre publié en 2008, Des chiffres et des litres (2012), Business Dans La cité (2014) ou encore La Légende du 9-3 (2016). Ses ouvrages ont été publiés aux éditions Moisson rouge, au Seuil ou encore Ombres Noires. 

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com