En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X


Politique Publié

Maroc-Iran : Pour Téhéran, Rabat n'a présenté «aucune preuve recevable»

La rupture des relations diplomatiques avec l’Iran, annoncée le 1er mai par le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita, continue de faire réagir plusieurs parties. Mardi, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a choisi de faire le lien entre ce qui se passe actuellement en Palestine occupée et la réaction «inappropriée» du royaume.

Temps de lecture: 3'
La rupture des relations diplomatiques avec l’Iran a été annoncée le 1er mai par le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita. DR

La crise diplomatique entre le Maroc et l’Iran et ses développements continuent de faire couler beaucoup d’encre. Mardi, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a réagi aux récentes déclarations du chef de la diplomatie marocaine Nasser Bourita. Bahram Ghasemi, cité par Mehr News, une agence de presse iranienne, a déclaré que «les allégations du Maroc à l’encontre de Téhéran ne feraient que faire le jeu des ennemis du monde musulman».

«Que ce soit lors de leur rencontre avec le ministre des Affaires étrangères de notre pays, ou bien lors de leurs interviews avec différents médias, les autorités [du Maroc] n’ont présenté aucune preuve concluante pour prouver leurs revendications», a-t-il dit lors d’une déclaration à la presse iranienne.

«Aucune preuve recevable» n’a été présentée

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a ensuite rappelé qu’à de nombreuses occasions, des responsables marocains ont pris des positions anti-Iran depuis que Rabat a rompu ses relations avec Téhéran.

«Après avoir rompu ses liens diplomatiques avec l’Iran pour des raisons injustifiées, les responsables marocains ont du mal à justifier leur action devant l’opinion publique locale et étrangère, c’est pourquoi nous avons vu leur ministre des Affaires étrangères et le porte-parole de leur gouvernement donner des interviews et ressortir les mêmes anciennes rhétoriques contre l’Iran.»

Bahram Ghasemi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères

Bahram Ghasemi a indiqué que les responsables marocains ont souligné, dans leurs déclarations, que le Maroc a décidé de rompre ses relations avec l’Iran de manière indépendante et non sous la pression étrangère, et qu’ils ont affirmé que le Hezbollah et le Front Polisario avaient été en contact.

L’occasion de souligner que le front séparatiste «est reconnu par plusieurs pays» et que «ces allégations sont fausses». Pour le porte-parole de la diplomatie iranienne, «les responsables (marocains, ndlr) n’ont présenté aucune preuve recevable pour prouver leurs revendications, c’est pourquoi ils n’ont pas été en mesure d’apporter une réponse convaincante aux questions et aux ambiguïtés entourant leur décision».

Bahram Ghasemi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères. / Ph. Mehr News AgencyBahram Ghasemi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères. / Ph. Mehr News Agency

Le Maroc, la Palestine et les ennemis du monde musulman

Pour enfoncer le clou, le porte-parole de la diplomatie iranienne a également déclaré que «les responsables marocains pensent qu’ils peuvent faire croire au public leurs affirmations infondées en les répétant au lieu de présenter des preuves crédibles». «Nous leur rappelons que l’opinion publique mondiale ne croit pas aux fausses déclarations», poursuit-il.

L’occasion de réitérer «la politique fondamentale de non-ingérence de l’Iran dans les affaires intérieures des autres pays et le respect de leur sécurité nationale». «L’Iran attache une importance particulière à la sécurité nationale des autres pays et dans ce sens, nous espérons que la récente décision du Maroc de rompre ses relations avec l’Iran ne s’inscrit pas dans le cadre d’un nouveau alignement régional et sous la pression de certains gouvernements qui s’opposent à la République islamique d’Iran aujourd’hui», a-t-il ajouté.

Bahram Ghasemi n’hésite pas à jeter de l’huile sur le feu, faisant le lien entre la décision du Maroc de rompre ses liens diplomatiques avec l’Iran et la «contribution aux plans américains et israéliens contre la résistance antisioniste dans la région».

«C’est évident que cette démarche inappropriée du Maroc, actuellement président du Comité Al Qods, à un moment où le monde islamique a plus que jamais besoin d’unité et d’intégrité, surtout après la décision de Trump de transférer l'ambassade des Etats-Unis à Al Qods, contribuera seulement à faire avancer les objectifs des ennemis du monde musulman et à détourner l’attention de son problème le plus pressant, c’est-à-dire contrer l’agression contre la ville sainte d’Al Qods», conclut-il.

Rappelons que la diplomatie marocaine avait assuré détenir des «preuves tangibles» et disposer de «données précises [sur] le soutien politique, médiatique et militaire du Hezbollah au Polisario, en connivence avec l’Iran». Et d’ajouter que «les autorités marocaines ont pris le temps nécessaire pour étudier minutieusement l’ensemble de ces éléments avant de prendre, en toute responsabilité, leur décision».

29 commentaires
Unesuggestion
Date : le 21 mai 2018 à 01h06
Les Mollah mènent les Iraniens dans une direction qui est à contre-emploi. Le Maroc est en train de se développer, lentement mais sûrement. Lorsque les Perses reprendront leur développement naturel, ils seront parfaitement sur la même ligne de sagesse et de développement que les Marocains: Une civilisation indépendante qui se développe harmonieusement avec les autres. Il faut donc plutôt se poser la question de savoir s'il est bien sage de s'énerver et de prendre au sérieux des mollahs qui seront chassés par ceux qui représentent vraiment la civilisation perse. La ficelle est grosse: Comme d'habitude, un pays musulman parle des Palestiniens pour faire mousser les pays musulmans. ( Si ça apportait une solution, ça se saurait, depuis au moins 50 ans.) Ce ne sont que des mots: Les mots passent. Au fond, le Maroc n'a pas à justifier sa position envers ceux dont les questions n'ont pas pour but d'apporter de la lumière.
Unesuggestion
Date : le 21 mai 2018 à 00h36
Citation
à écrit:
Remarque, à regarder de près la pyramide des ages de l'occident et autres pays, on peut se dire que le temps est du côté de l'Afrique... Le tps ça reste du tps, qui a compris ça a tout compris!
C'est une extrapolation: On peut en faire une autre: L'Europe peut ouvrir le robinet de l'immigration chinoise et chrétienne. Le Christianisme se répand en Chine à une vitesse phénoménale. Ça se compte en conversions par minutes. Dans 15 ans, au rythme actuel, la Chine sera le plus grand pays chrétien du monde. Une persécution amènerait plus de réfugiés, industrieux, désireux de s'assimiler et auxquels l'assimilation ne pose aucun problème, que tout ce qu'on a pu connaître jusqu'à présent. Mais, bon, c'est hors-sujet.
ashabar
Date : le 19 mai 2018 à 11h22
Ca vous changera de slate : Les États-Unis se sont retirés de l’accord sur le nucléaire iranien parce qu’ils sont coincés Bien-sûr si t'arrives à lire jusqu'à la fin sans que ça te fasse mal aux neurones.
Citation
Itwasntme à écrit:
@ashabar, Apparement les accusations Marocaines sur l iran sont fondees et verifiees. La preuve est que les ingerences des mollahs dans les affaires internes syriennes,libanaises,yemenites et marocaines commencent a casser les b..bons au tsar vladimir poutine qui ouvre avec benediction le ciel syrien au bombardiers israeliens pour detruire les bases iraniennes. Extrait: Au moment même où Donald Trump annonçait sa décision de se retirer de l’accord nucléaire avec l’Iran et où Israël frappait les bases iraniennes en Syrie, Benyamin Netanyahou était officiellement invité en Russie, le 9 mai 2018, pour assister au défilé annuel du Jour de la Victoire et à la cérémonie de dépôt de couronnes sur la place Rouge –un grand honneur que lui accordait Vladimir Poutine. Suite... http://www.slate.fr/story/161650/diplomatie-complicite-russie-israel-moyen-orient-syrie-iran-poutine-netanyahou-interets-communs-realpolitik La seule doctrine ideologique c est la tienne;totalement deconnectee de la realite et s appuie uniquement sur des hypotheses et non des resultats.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com