Société Publié

Incendie du Grenfell tower : La plupart des victimes marocaines originaires de Larache

La plupart des ressortissants marocains ayant perdu la vie lors de l’incendie qui a ravagé, dans la nuit du 13 juin au 14 juin dernier, la tour Grenfell à Londres, sont originaires de la ville de Larache. C’est ce que révèle ce lundi The Guardian dans un article commémoratif.

Temps de lecture: 3'
L’incendie de la Grenfell Tower, survenu dans la nuit du 13 au 14 juin 2017, a coûté la vie à au moins 71 personnes dont 7 Marocains / Ph. Guilhem Baker - LNP

Presque un an après la tragédie survenue, en juin 2017 à Londres, et ayant coûté la vie à plus de 70 personnes dont des Marocains, The Guardian a choisi ce lundi de rendre hommage aux victimes en mettant leur vie sous les projecteurs. Située près de Notting Hill à l’ouest de Londres, la tour Grenfell, qui abritait des familles de différentes nationalités, y compris marocaine, avait été ravagée par un incendie, déclenché dans la nuit 13 au 14 juin. Un incendie ayant coûté la vie à 71 personnes résidant dans ce bâtiment.

Dans son mémorial numérique, le journal britannique fait notamment référence aux ressortissants marocains qui sont morts dans cet incident tragique. Le média rappelle que six des 71 victimes décédées étaient originaires du Maroc. Un chiffre qui représente «la plus grande nationalité (touchée par ce drame, ndlr) derrière les Britanniques (31 victimes)», explique The Guardian. Ce dernier ne manque pas de révéler une information étonnante : la plupart des Marocains décédés seraient originaires de Larache, ville portuaire de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima.

Dans des articles précédents, Yabiladi a rapporté les histoires des familles marocaines ayant perdu la vie dans l’incendie meurtrier en juin 2017. Nur Huda El-Wahabi, une étudiante de 15 ans qui vivait au 21e étage de la tour Grenfell, est morte aux côtés de son père Abdul Aziz (52 ans), sa mère Fouzia (42 ans), et ses deux frère Mehdi (8 ans) et Yassin (21). Leurs voisins, Farah Hamdan et Omar Belkadi, qui vivaient au 20e étage, ont perdu la vie, avec leur bébé Leena Belkadi, âgée de six mois. D’ailleurs, Leena est considérée comme la plus jeune victime de ce drame.

«La mère, Farah Hamdan et sa fille ont été enterrées dans un cimetière islamique à Londres». Concernant son père, Omar Belkadi, également décédé dans l’incendie, le Consul général du Maroc avait déclaré qu’il serait «enterré à Larache, au Maroc», à en croire les propos d’Abderrahim Beyyoud, consul général du royaume à Londres, accordés à Yabiladi en juin 2017.

Honorer les victimes

Khadija Khalloufi, une citoyenne britannique d’origine marocaine, a également été retrouvée morte à l’extérieur du bâtiment après avoir été déclarée comme personne disparue pendant des jours. Les rapports diffèrent en ce qui concerne le nombre exact de Marocains ayant perdu la vie dans cet événement tragique. Dans un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale en juin dernier, sept personnes ont été déclarées mortes alors que seulement six ont été signalées par les autorités britanniques.

Pour honorer les victimes, un banc commémoratif de l’University College Hospital portera le nom d’Abdelaziz El-Wahabi, originaire de Larache alors que sa fille, Nur Huda El-Wahabi restera dans les mémoires. Le romancier anglais Philip Pullman a promis que le personnage principal de son nouveau roman porterait le prénom de Nur, en hommage à la Marocaine décédée lors de l’incendie de la Tour Grenfell.

En général, The Guardian rapporte que les 71 victimes comprenaient 18 enfants, dont l’un est mort avant d’être né. Les victimes venaient de 18 pays différents, à savoir le Maroc, l’Égypte, le Soudan, la Syrie, le Liban, l’Iran, l’Inde, l’Afghanistan, l’Italie, l’Éthiopie, le Bangladesh, les Philippines, la Dominique, l’Irlande, la Gambie, Sierra Leone, l’Érythrée et le Royaume-Uni.

Ce sont 28 femmes et 25 hommes qui sont morts dans l’incendie, poursuit le média qui précise que quatre des 71 victimes n’étaient pas des habitants de la tour Grenfell.

A rappeler qu’en décembre dernier, soit près de six mois après l’incident tragique, plusieurs victimes n’avaient pas toutes été relogées. Seulement cinquante familles survivantes avaient été relogées, tandis que d’autres survivants vivaient toujours dans des hébergements temporaires et des hôtels, «sans savoir quand ils pourront retrouver une vie normale».

2 commentaires
ashabar
Date : le 15 mai 2018 à 08h15
Sans faire de mauvais jeu de mots, la cause serait un entretien du bâtiment à l'arache....
AigleRoyalair
Date : le 14 mai 2018 à 20h09
Peut on savoir l origine de cet incendie? Qui reste énigmatique
Dernière modification le 15/05/2018 08:15
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com