Menu

Média   Publié

Désintox : Le film «suggestif» tourné à la BNRM n’est qu’une comédie

Mercredi, la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc a réagi, dans la précipitation, à une information l’accusant d’avoir autorisé le tournage de scènes «suggestives» d’un film allemand dans ses locaux. Alors que des médias ont partagé en chœur le communiqué de la BNRM, il semblerait finalement qu’il ne s’agit que d’une comédie.

Temps de lecture: 3'
film allemand Lommbock dont certaines scènes ont été tournées à la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc. / Ph. Achkayen.com

C’est mercredi, 9 mai, que la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc (BNRM) publiait une mise au point pour «éclairer l’opinion publique suite à la diffusion d'informations inexactes sur le tournage d'un film dans ses locaux». Un communiqué de presse étonnant, puisqu’il dément une information qui n’a pas été partagée à grande échelle.

Dans son texte, la BNRM dit regretter «une tentative d'induire l'opinion publique en erreur, à travers la publication d'informations erronées». Elle admet toutefois qu'une des scènes tournées dans le «temple du savoir» est «moralement inacceptable» et que le tournage n'aurait pas du être autorisé.

La direction de la BNRM renvoie la balle à ses prédécesseurs

Sur instructions du ministre de la Culture, Mohamed Laârej, «une enquête approfondie pour élucider les circonstances de délivrance de l'autorisation de ce tournage, afin de définir la responsabilité de chaque partie» a été ouverte, poursuit le texte.

Mais la mise au point ne manque pas désengager l’actuelle direction de la BNRM, conduite par Abdelilah Tahani, qui assure le rôle de directeur par intérim. Elle innocente aussi Mohamed Laârej. «Le tournage de quelques scènes d'un film international, qui a obtenu l'autorisation de la direction en août 2016. Ce qui écarte toute responsabilité directe de la direction actuelle de la Bibliothèque et du ministère de la Culture sous le mandat de Mohamed Laârej, dans la délivrance de ladite autorisation», précise-t-on de même source.

Le communiqué est relayé via l’agence MAP ainsi que par plusieurs confrères. Aucun d’eux n’a creusé pour savoir de quel film il s’agit-il exactement. Mais il semblerait que l'origine de la polémique vienne du site arabophone Achkayen qui a été le premier à évoquer les «scènes suggestives» d’un film allemand, tournées dans la BNRM en 2016.

Un «scoop» de Achkayen

L’article en question date du 26 avril et dans lequel le journaliste n'y va pas par quatre chemins. «La direction de la BNRM a permis [à une équipe de tournage] de tourner des scènes choquantes, dont le fait qu’un des acteurs sort un organe sexuel en plastique, faisant semblant d’uriner», lit-on dans la première ligne de l’article. «La BNRM a été présentée comme étant un centre hospitalier, poursuit le média. Une scène obscène et choquante qui n’a pas été censurée ou floutée.» Cette source de manque pas de rajouter de l’huile sur le feu, arguant que les cadres et fonctionnaires de la bibliothèque nationale n’ont pas caché leur mécontentement suite au visionnage de cet extrait.

Contacté par Yabiladi ce jeudi, le journaliste de Achkayen nous confirme l’information. «J’ai reçu cette information d’une source travaillant au sein de la BNRM. Nous avons donc flouté la scène de l’extrait et nous l’avons publié», nous rapporte-t-il. Le journaliste, fier de son scoop, nous promet aussi de revenir vers nous pour plus de détails, tout en précisant «ne pas avoir gardé en tête le nom exacte du film allemand».

Le long-métrage n’est finalement qu’une… comédie

Yabiladi a ensuite pris contact avec Mansour Badri, l’acteur marocain ayant joué le rôle du policer dans le film. Après quelques hésitations, il nous confirme avoir participé à ce film allemand tourné à Rabat, sans nous citer le nom de l’œuvre ni celui de la boite de production. Il nie toutefois le caractère suggestif de la scène à laquelle il a participé.

Mais en revenant vers la base de données du Centre cinématographique marocain (CCM), une simple recherche dans les films étrangers ayant été tournés au Maroc en 2016 après avoir reçu une autorisation nous révèle le nom de l’œuvre en question. Il s’agit du film «Lommbock», du réalisateur allemand Christian Zübert sous la production exécutive de «Kasbah Films Tangier», nous révèle le document.

Et la surprise est grande lorsqu’on se rend compte qu’il s’agit d’une comédie allemande, contrairement aux photos très suggestives de l'article du média arabophone et qui prêtent à confusion. Précisément, c’est la suite d’un film sorti en 2001.

L’histoire du film est en allemand mais il semblerait que l’actuel principal, Lucas Gregorowicz, ayant consommé du haschich avec son ami et étant obligé de faire des analyses de drogues, tombe sur une solution de contournement : «porter un organe sexuel en plastique et le remplir d’urine d’une tierce personne pour fausser les résultats du laboratoire». Une tempête dans un verre d'eau... ou d'urine !


Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com