Politique Publié

Le chef d'un parti amazigh algérien demande la réouverture des frontières avec le Maroc

Temps de lecture: 1'
DR

En plein crise des zones tampons au Sahara, un chef de parti algérien plaide pour la réouverture des frontières entre son pays et le Maroc. «La fermeture de la frontière entre l’Algérie et le Maroc est une inconséquence qui ne peut être expliquée par aucun argument rationnel», a indiqué Mohcine Belabbas, secrétaire général du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie. Des propos tenus à Tunis, lors de la séance inaugurale de la réunion de partis maghrébins se réclamant «modernistes» et à laquelle une délégation du PAM a pris part.

En novembre dernier Abdelmadjid Menasra, vice-président du Mouvement de la société pour la paix (islamiste) avait également plaidé cette réouverture des frontières lors d'un meeting à Maghnia. Et il en est de même pour Louiza Hanoune, l'inamovible secrétaire générale du Parti des Travailleurs.

Mais défendre le retour à l'ordre qui prévalait avant août 1994 est une affaire qui concerne exclusivement les formations dites «non-gouvernementales». En revanche, le FLN du président Abdelaziz Bouteflika et le RND de son Premier ministre, Ahmed Ouyahia, évitent d'aborder le sujet.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com