Menu

Culture   Publié

«Un Rolling Stone dans le Rif» retrace la fascination de Brian Jones pour Jajouka

Temps de lecture: 1'
«Un Rolling Stone dans le Rif, sur les pas de Brian Jones au Maroc», aux Editions Erick Bonnier / Ph. Capture d’écran

A la fin des années 1960, Brian Jones, le fondateur des Rolling Stones, a été musicalement inspiré par un petit village dans le Rif marocain. Gaston Carré vient de publier un livre aux éditions Erick Bonnier, intitulé «Un Rolling Stone dans le Rif, sur les pas de Brian Jones au Maroc» et retraçant le passage de cet artiste dans le royaume.

Sur TV5 Monde, dans une vidéo relayée aujourd’hui sur YouTube, l’écrivain raconte le parcours de cette «personnalité un peu difficile, caractérielle» qui a très vite «eu des problèmes avec le groupe». Brian Jones a «été déchu de son prestige et éjecté» de la formation musicale, rappelle Gaston Carré.

Entre 1966 et 1967, le fondateur des Rolling Stones est venu au Maroc avec son groupe. Il est parti à la rencontre des auteurs qui séjournent régulièrement à Tanger. C’est alors que l’un d’eux porte à sa connaissance «l’existence d’une confrérie de musiciens mystiques dans un petit village au sud de Tanger».

Devant se reconstruire et se faire une vie en dehors des Rolling Stones, Brian Jones découvre les virtuoses de Jajouka, le village de musiciens. Il «est littéralement fasciné». Il revient avec un ingénieur du son et enregistre «Master Musicians of Jajouka led by Bachir Attar».

Gaston Carré est tombé sur cet album, à l’Institut du Monde Arabe à Paris. C’est ce qui l’a mené à faire son enquête pour écrire ce livre, ayant comme protagoniste le célèbre père fondateur des Rolling Stones.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com