Culture Publié

Musée de Lyon : Polémique autour d’une œuvre tournée au Maroc

Temps de lecture: 1'
Image de la vidéo d’Adel Abdessemed . Ph. Capture Twitter

Au musée d’art contemporain de Lyon, l’installation «Printemps» d’Adel Abdessemed provoque l’indignation, rapporte LCI ce mardi. Dans le cadre de l’exposition Antidote, inaugurée le 8 mars dernier, l’œuvre de l’artiste franco-algérien montre une vidéo en boucle, où l’on voit des poulets accrochés à un mur et brûlés vifs.

Tournée au Maroc, la séquence a suscité nombre de réactions, notamment dans les rangs des défenseurs des droits des animaux. Ils expliquent d’ailleurs que cette œuvre ne pourrait faire l’objet d’une exposition, tout en évoquant la question de la souffrance animale. Citée par Le Parisien, l’association Peta explique ainsi que «ceci n’est pas de l’art, c’est de la cruauté envers les animaux. Que l’artiste ait utilisé un trucage ou non, les poulets exploités dans sa ‘performance’ ont été suspendus à l’envers par des crochets, exhibés à des spectateurs et confrontés à la présence de flammes sur leur corps».

De son côté, Adel Abdessemed indique que la vidéo a été tournée en présence d’une équipe de professionnels, techniciens et créateurs d’effets spéciaux pour le cinéma. Il souligne donc qu’il ne s’agit pas de vraies flammes mais d’un trucage, pour lequel est utilisé couramment un produit sans danger.

Dans un communiqué réagissant à la polémique, le musée d’art contemporain de Lyon précise également que ce produit a déjà été utilisé par l’artiste sur lui-même, pour son œuvre Je suis innocent. Assurant que l’œuvre sera maintenue dans le cadre de l’exposition, en réponse aux appels à son retrait, le musée ajoute que les poulets «n’ont été soumis à cet effet de flammes que pendant 3 secondes et sous le contrôle strict des techniciens et de l’artiste pour éviter toute souffrance».

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com