Menu

Culture Publié

9 Mars : Du moonwalk de Saad Lamjarred aux adieux artistiques de Stati [Billet satirique]

Si le 8 mars était célébrée la journée internationale de la femme, le 9 mars constitue désormais la fête à la chanson marocaine.

Temps de lecture: 2'
Photomontage Yabiladi

Coup sur coup, deux clips ont été balancés sur Youtube au lendemain d’avoir fait la fête à la femme au Maroc. Tout d’abord Saâd Lamjarred qui, malgré son bracelet électronique au pied, n’a pu s’empêcher de danser le moonwalk sur du Ghazali. Mais rien à voir avec le célèbre soufi. Il est question ici de danses endiablées avec en guest-star de courageuses jeunes femmes, un vague sosie de Michaël Jackson, et enfin la doublure de Chita qui finira par tomber amoureux de notre Tarzan national. 

Résultat pour Lm3alem devenu châtelain le temps d’un clip qui sent la mauvaise parodie des clips parodiques de Barbapapa : Ghazali compte plus de 11 millions de vues sur Youtube en l’espace de 48 heures et number one des tendances de la plateforme vidéo. Comme diraient les gitans : Mangez vos morts, les jaloux ! Avec ce nouveau succès, Saâd Lamjarred va enfin pouvoir rembourser la société organisatrice de son concert annulé suite à son arrestation pour viol présumé dans un palace parisien. Il pourra également payer son célèbre avocat, Me Eric Dupond-Moretti, dont les frais sont pour l’instant pris en charge par le Roi Mohammed VI.

Comme dans un curieux alignement des astres, le deuxième clip en ce 9 mars est justement à la gloire du Souverain. Abdelaziz Stati a troqué la moustache pour le noeud papillon, et laissé tomber la kamanja pour des rythmes plus électro-pop-guimauve. Au garde-à-vous, il tentera de bomber le torse mais c’est son ventre qui gonflera. Saluons le panégyrique pour le Roi Mohammed VI «qui nous aime et que nous aimons». Le chanteur - autrefois chaâbi - aurait voulu sortir sa déclaration d’amour à l’occasion de la Saint-Valentin, mais la date étant trop proche du 20 février, il a reporté au 9 mars.

Stati en moonwalk

Ainsi, pour fêter les 7 ans du célèbre discours royal, le clip se classe en 48 heures 7ème dans les tendances Youtube. Comme cela fait beaucoup d’alignement d’astres, je laisse le soin aux pros du complot d’imaginer les pires théories conspirationnistes. Ce qui est certain en tout cas, c’est que le résultat de la vidéo du clip de Stati n’est pas raccord avec ceux du référendum qu’il porte au pinacle : 60% de j’aime, 40% de lol, #WTF, j’aime pas, #killmeplease, Stati tsetta, etc.

Mais le virtuose du violon n’en a cure. L’essentiel est de célébrer sa majesté, en smoking ou en habits traditionnels. L’essentiel est de chanter en playback sans être synchro avec la musique, semblant chercher du regard quelqu’un pour l’aider à sortir du naufrage artistique. L’essentiel enfin est de mimer le geste de présentation de produit par une vendeuse de téléachat, comme pour rappeler aux demeurés que nous sommes à qui cette chanson est dédicacée. 

Celui qui a longtemps chanté «3tini l’visa ol passeport» tout en interpellant «Moul babour» semble ne plus avoir envie de quitter le pays. Une preuve rayonnante du changement insufflé un certain 9 mars 2011. Le chanteur de chaâbi en fin de parcours, lassé par les parties de chasse le week-end, comptait peut-être revenir dans le game avec un refrain en autotune et un déhanché qui ferait rougir Saâd Lamjarred et son moonwalk. 

Bref, si en France, Jack Lang a fait du 21 juin la Fête de la musique, au Maroc désormais, on lui fait la fête tous les 9 mars. Et que toutes les mauvaises langues se joignent à moi pour souhaiter à Saâd Lamjarred une fin de carrière en moonwalk à l’image des adieux artistiques de Stati.

Disclaimer

L’absence de liens vers les clips et la non-intégration des vidéos Youtube de Saâd Lamjarred et Stati ne sont pas fortuits.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com