Menu

Article

Benhima : La RAM n'est qu'à moitié responsable

La RAM traverse une sérieuse zone de turbulence, et c’est son PDG en personne qui tire la sonnette d’alarme : si l’Etat n’intervient pas, la compagnie se dirige vers une issue fatale et inéluctable très proche. Quant aux clients, ils devront prendre leur mal en patience. Les retards répétitifs des vols qui les exacerbent ces derniers jours devront se poursuivre jusqu’à la réouverture du terminal 1 de l’aéroport Mohammed V de Casablanca.

Publié
Driss Benhima, PDG de la RAM
Temps de lecture: 2'

«Je le répète avec regret mais en toute responsabilité, attendez-vous à des problèmes en pointe jusqu’à la réouverture du terminal 1» de l’aéroport Mohammed V de Casablanca. L’annonce n’est pas d’une hôtesse de la RAM, mais bien de son PDG. Driss Benhima, qui reconnait que la ponctualité de la compagnie nationale «souffre dès que [la Royal air Maroc dépasse] en pointe les 120 vols par jours» n’endosse que «la moitié des problèmes vécus par les voyageurs». L’autre moitié, il l’attribue à l’ONDA, (Office national des aéroports), qui a accompagné «l’ouverture du terminal 2 par la fermeture du terminal 1», ramenant les capacités de l’aéroport à celui de son niveau d’il y a «20 ans, alors que le trafic a été multiplié par quatre !», détaille le PDG de la RAM, dans un entretien publié ce vendredi 15 juillet dans le quotidien Le Soir.

La deuxième compagnie du continent, souvent indexée par les passagers pour la mauvaise qualité de son service, promet là aussi de remédier à cette situation qui «donne une mauvaise image». Benhima va se tourner vers «des experts afin de réduire les situations dégradées auxquelles nous assistons à chaque période de pointe». Non sans signaler que la démocratisation du transport aérien a tiré vers le haut l’exigence des passagers.

La RAM, critiquée de l’extérieure, n’en souffre pas moins sur le plan interne. Une situation de crise accentuée depuis février dernier par les révoltes dans le monde, la hausse à 115 dollars du prix du baril tablé sur 80 dollars, mais également, et depuis des années, par «la réussite de la politique d’ouverture du ciel marocain» qui profite aux compagnies low-cost. Cette dernière mesure, indique le PDG de la RAM, a entrainé une chute de 26% des tarifs.

Chute proche et inéluctable

La taille de la compagnie, la nature du réseau et de la flotte, et la masse salariale constituent, selon Driss Benhima, le «vrai problème de fond» de la RAM. Sans parler de la suppression, au lendemain de la signature des accords d’Open Sky, en décembre 2006, des exonérations fiscales dont bénéficiait la compagnie nationale. Une «contradiction» de la part de l’Etat qui doit aujourd’hui intervenir en urgence, afin de  sauver une compagnie dont le manque à gagner pour l’année en cours, devra s’établir à un milliard et demi de dirhams.  

L’Etat, avertit Benhima, n’a plus que deux choix, face à une RAM qui touche le fond : «Soit la compagnie se réajuste, et l’Etat l’aide pour cela et dans dix ans le Maroc pourrait avoir la première compagnie africaine, soit elle est laissée dans la situation actuelle et dans ce cas, l’issue fatale et inéluctable est bien plus proche qu’on ne le pense», avertit Benhima pour qui il n’y a ni «alternative ni milieu» à ces deux choix antinomiques.

rep .
Auteur : Marwane26
Date : le 17 juillet 2011 à 13h58
C'est ce que je disais à mon oncle quand il y-a eu la réforme . toujours les mêmes noms . La dynastie " EL FASSI " est au gouvernement depuis des décennies ... Normal ?


Il reste du chemin ...
points positifs...
Auteur : red2021
Date : le 16 juillet 2011 à 20h09
En mars dernier, je suis parti au Maroc avec la RAM et franchement j'ai été assez satisfait du service.
Les vols étaient à l'heure à l'aller et au retour. Le service à bord était bien, le repas était chaud et servi assez tôt, le personnel à bord était agréable et courtois.
J'ai trouvé que les sièges étaient plus spacieux que ceux d'air France.
ram
Auteur : humblexyz
Date : le 16 juillet 2011 à 18h36
la ram n a que ce q elle cherche ses prix ne sont pas concurrentiels, ses services nuls, alors a quoi bon la choisir?le pire est que vous lui faite une reclamation elle ne repond jamais elle ignore le client qui inéluctablement fini par aller ailleurs.j ai pris un vol A/R avec la RAM? a l allée pr cause de probléme informatique, l enregistrement s est fait manuellement; qd je suis allée confirmer le retour(c est la seule compagnie qui exige cette confirmation) on m a dit que ma place a été vendue car je ne suis pas venue avec la RAM, j ai fourni le justificatif de mon voyage avec la ram, expliquant q comme l enregistrement a casa s est fait manuellement, paris n a pas recu par informatique les renseignements...on a fini par me trouver une place...comme s il me font un cadeau...et puis aprés supposons q le client rate son allée prq il ne peut prendre le retour???????ca la ram a du mal a comprendre...
association avec echec
Auteur : Krim
Date : le 16 juillet 2011 à 14h41
Benhima, Fassi Fihri etc
Les même noms qui reviennent......... alors que le Maroc a plus de 30 millions d´habitants.
Pauvre RAM
Auteur : abdo447
Date : le 16 juillet 2011 à 10h42
Encore une Fois je le dis Le problème de la RAM c le problème de tout le Maroc : L'absence TOTALE de la Culture du SERVICE.

Dans tous les hôtels & commerce au MAROC : c la même chose; le Client DOIT Payer le Prix Fort pour un Service Médiocre voir Absent et FERMER sa Gueule.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com