En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Politique Publié

Hirak : La Cour d’appel d’Al Hoceïma confirme les peines de sept activistes

Temps de lecture: 1'
La cour a condamné hier soir deux militants à vingt ans de prison chacun, confirmant ainsi le verdict prononcé en première instance. DR

La Cour d’appel d’Al Hoceïma a confirmé, jeudi soir, les condamnations prononcées à l’encontre de sept activistes rifains, allant de cinq à vingt ans de prison, pour leur participation aux protestations survenues dans le Rif, indique l’agence EFE.

Deux des militants ont été condamnés à vingt ans de prison. Ils sont accusés d’avoir provoqué un incendie dans une résidence de la police, fait usage de la violence contre les forces publiques lors de l’exercice de leurs fonctions, de désobéissance et destruction de biens publics, et d’avoir participé à une manifestation non autorisée, entre autres.

Les faits remontent au 26 mars 2017, lorsque des affrontements ont éclaté entre les forces de l’ordre et des manifestants dans la ville d’Imzouren, à une vingtaine de kilomètres au sud d’Al Hoceïma, qui se sont soldés par l’incendie, prétendument intentionnel, d’une résidence de la police.

Par ailleurs, les peines de dix ans de prison ont été confirmées contre deux autres individus qui ont participé, en août 2017, aux manifestations et aux affrontements qui ont suivi les funérailles de l’activiste Imad El Attabi, à Al Hoceïma.

Le tribunal a également augmenté les peines de deux autres personnes à dix et cinq ans de prison, les accusant d’avoir participé à une manifestation non autorisée et usé de la violence contre des effectifs des forces publiques, entre autres. Elle a en revanche abaissé la peine d’un autre militant de douze à dix ans de prison ferme.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com