Politique Publié

Hirak : L’avocat Abdessadek El Bouchtaoui condamné à la prison ferme

Le tribunal de première instance d’Al Hoceïma vient de condamner l’avocat Abdessadek El Bouchtaoui à 20 mois de prison ferme. Ce dernier explique à Yabiladi les conditions de ce jugement.

Temps de lecture: 2'
Abdessadek El Bouchtaoui, avocat au barreau de Tétouan et membre de la défense des détenus du Hirak à Casablanca. / Ph. DR

Membre de la défense des détenus du Hirak à Casablanca, l’avocat Abdessadek El Bouchtaoui a été condamné par le tribunal de première instance d’Al Hoceïma, ce jeudi, à vingt mois de prison ferme et à une amende de 500 dirhams.

Le parquet reproche à l’avocat d’avoir «insulté des fonctionnaires et des représentants de l’autorité dans l’exercice de leur fonction», en plus d’avoir «menacé» ou encore «insulté» des organes publics. L’avocat est également poursuivi pour «incitation à commettre des délits» et «organisation de rassemblement non autorisé».

Relayée par le site arabophone Alaoual, l’information nous a été confirmée par l’avocat :

«Mes publications sur Facebook en solidarité aux détenus du Hirak et au mouvement de contestation dans le Rif n’ont pas plu à certaines parties. Elles en sont gênées et ne veulent pas de visibilité pour les voix libres faisant savoir la vérité à l’opinion publique.»

«Message clair»

Pour le moment, la défense de Me El Bouchtaoui n’a pas encore décidé si elle allait faire appel de ce jugement : «Nous allons voir quelles seront les prochaines démarches à suivre, en coordination avec le comité de soutien et le bâtonnier.»

L’avocat condamné est convaincu qu’«il s’agit d’un procès politique pour [le] faire taire afin de ne mettre en avant que la version officielle concernant le Hirak, dont les revendications sociales sont et resteront légitimes». Pour sa part, le barreau de Tétouan est d’ores et déjà solidaire avec Abdessadek El Bouchtaoui, qui considère ce jugement comme «un message clair à tous les membres de la défense des militants du Hirak aujourd’hui détenus». Malgré cette pression, l’avocat se dit décidé à rester fidèle à ses principes et à son indépendance.

Ce jugement intervient au moment où le procès des détenus du Hirak à Casablanca s’enlise à cause des débats de plus en plus houleux avec les membres de la défense.

Depuis le début des auditions, celles-ci sont souvent suspendues à cause des échanges tendus entre les avocats, le juge et les représentants du ministère public.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com