Menu

Article

Paying Taxes 2018 : PWC note une nette amélioration du Maroc

A l’instar du classement précédent, le Maroc fait état, à nouveau, d’une forte progression. Il récolte 16 places par rapport à l’an dernier, où il avait également glané 21 rangs d’un seul coup.

Publié
Photo d'illustration. DR
Temps de lecture: 2'

Le Maroc poursuit sa progression dans le classement mondial du paiement fiscal, publié cette semaine, élaboré par la Banque mondiale et PricewaterhouseCoopers (PwC), réseau d’entreprises spécialisées dans des missions d’audit, d’expertise comptable et de conseil à destination des entreprises, basé à Londres.

Le Maroc se situe à la 25e place sur 189 pays, récoltant ainsi 16 places par rapport au classement 2017, où il se classait 41e. L’année dernière également, il avait gagné 21 rangs d’un seul coup.

Comme dans l’édition 2017, le Qatar et les Emirats arabes unis arrachent la première place du classement, suivis de Hong Kong et de l’Irlande. En revanche, le Venezuela (189), le Tchad (188) et la République centrafricaine (187) occupent les trois derniers rangs. A l’échelle du Maghreb, l’Algérie, la Tunisie et la Lybie sont loin derrière le Maroc, occupant respectivement la 157e, 140e et 128e place. La Mauritanie, elle, se rapproche des derniers rangs, recueillant la 179e place.

Une flexibilité améliorée

«Les améliorations substantielles des plateformes en ligne au Maroc pour remplir et déclarer ses impôts ont permis de réduire le nombre d’heures passées à effectuer ces démarches. L’intégration de la plateforme fiscale avec un logiciel de comptabilité a permis aux contribuables d’examiner en temps réel toutes les données de leur statut fiscal, améliorant ainsi l’efficacité et la flexibilité», soulignent les auteurs du rapport.

De plus, l’étude de la Banque mondiale et de PricewaterhouseCoopers met en avant d’autres données. Par exemple, le taux total d’imposition et de contribution du Maroc au niveau africain est de 25,1% pour l’impôt sur les bénéfices, 23,3% pour la fiscalité du travail et 1,4% pour les autres taxes. De même, le nombre d’heures passées à remplir l’impôt sur les sociétés est de 48 heures, contre 33 heures pour la fiscalité du travail et 74 autres pour l’impôt à la consommation, soit un total de 155 heures. Un résultat bien en-dessous de la moyenne africaine, qui est de 285 heures.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/