En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X


Economie Publié

La Banque mondiale prête 200 millions de dollars en soutien au Plan Maroc Vert

Temps de lecture: 1'
Photo d'illustration./DR

Le Maroc et la Banque mondiale ont signé, jeudi à Rabat, un accord de prêt de 200 millions de dollars (environ 1,8 milliard de dirhams) visant à renforcer les chaînes de valeur agroalimentaires et à améliorer les performances du secteur agricole. Signé par le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Boussaid, et la directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb et Malte, Marie Francoise Marie-Nelly, cet accord a pour objectif de renforcer le pilier II du Plan Maroc Vert à travers l’amélioration de la compétitivité de l’industrie agroalimentaire et le renforcement de sa valeur ajoutée.

Le but est également de renforcer les fédérations interprofessionnelles des filières agrumes et olive en leur apportant un appui technique et financier afin d’en faire des plateformes ouvertes pour la coordination interprofessionnelle et le dialogue public-privé dans l'objectif de développer leur chaîne de valeur.

L’accord ambitionne égalemment d’intégrer les petits et moyens producteurs dans un marché agroalimentaire exigeant et en forte croissance à travers l’intensification des investissements dans les installations de transformation des aliments, en coopération avec le Fonds de développement agricole.

Il vise aussi à moderniser la gestion des nouveaux marchés de gros et à améliorer l’accès à des informations sur les cours du marché grâce aux technologies de l’information et de la communication afin d’accroitre l’efficience et la transparence des marchés dans le secteur des fruits et légumes.

L’amélioration de la sécurité alimentaire et l’adoption des normes qualitatives et de systèmes de certification, outre le soutien de l’innovation dans le secteur de l’industrie agroalimentaire à travers la création de deux centres qui proposent des services destinés à favoriser le développement technique et commercial des PME désirant s’orienter vers l’industrie de transformation des aliments figurent également parmi les objectifs visés par cet accord. 

1 commentaire
netstat
Date : le 21 décembre 2017 à 23h16
1. Le Maroc Vert profite surtout aux grands agriculteurs et aux importateurs et distributeurs de matériels pour le pompage et la distribution d'eau. Lorsque le petit agriculteur(3 Hectares) reçoit une subvention de 50 000 DH le grand en face(100 Hectares) reçoit 5 Millions de DH; De plus souvent le petit agriculteur a du mal à faire passer son dossier car pas intéressant vis à vis du fournisseur de matériel(marge négligeable), sans oublier les pots de vin entre les distributeurs et les Offices régionaux. 2. Le Maroc Vert est une catastrophe car on développe des cultures(agrumes par ex.) qui tendent vers une surproduction et un manque de débouchés. 3. D'un côté on a une pénurie d';eau(voir nappe phréatique en baisse) et de l'autre on développe des cultures nécessitants beaucoup d'eau telle la pastèque à Dakhla. En conclusion: Maroc Vert=Déséquilibre à long terme.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com