En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Economie Publié

Climat des affaires : Le Maroc meilleur élève en Afrique du Nord d’après Forbes

Le Maroc est le meilleur pays d’Afrique du Nord en matière d’entrepreneuriat et d'affaires, selon la dernière liste établie par le magazine américain Forbes. Arrivé 55e sur une liste de 153 Etats, le royaume est considéré comme une destination attrayante pour les investisseurs et les entrepreneurs.

Temps de lecture: 2'
Le Maroc s’est hissé à la 55ème place dans le récent classement publié par le magazine Forbes, sur les meilleurs pays pour entreprendre./DR

Le Maroc s’est hissé à la 55e place dans le récent classement publié par le magazine Forbes, qui s’intéresse aux meilleurs pays où il ferait bon de faire des affaires. Publié mardi, ce classement évalue 153 pays sur la base de 15 différents facteurs : Le droit de propriété, l’innovation, les taxes, la technologie, la corruption, les infrastructures, la taille du marché, les risques politiques, la qualité de vie, la main-d’œuvre, la liberté (personnelle, commerciale et monétaire), la bureaucratie et la protection des investisseurs…

Selon l’analyse fournie par le magazine économique américain, «le Maroc a utilisé à son avantage sa proximité avec l’Europe et de ses coûts de main-d’œuvre relativement faibles, pour œuvrer à la construction d’une économie diversifiée, ouverte et orientée vers l’économie du marché». Pour Forbes, le royaume «a fait accroître ses investissements dans ses infrastructures portuaires, de transport et industrielles pour se positionner au centre des affaires en Afrique et devenir ainsi un courtier incontournable.»

L’analyse met en lumière la manière dont le Maroc a pu stimuler son économie en améliorant la compétitivité, en garantissant une croissance régulière, une inflation faible et une baisse du taux de chômage. Le rapport rappelle également comment le pays nord-africain, grâce à plusieurs accords commerciaux, ont pu «décompenser l’essence, le diesel et le mazout, réduisant considérablement les dépenses qui pèsent sur le budget de l’Etat et la balance courante du pays».

De ce fait, le magazine a également insisté sur le fait que malgré «les progrès économiques du Maroc, le pays souffre d’un taux de chômage élevé, de la pauvreté et de l’analphabétisme, en particulier dans les zones rurales. Les principaux défis économiques pour le Maroc comprennent la réforme des systèmes éducatif et judiciaire».

Le royaume, à l’échelle continentale

Concernant le classement du Maroc parmi les 153 pays étudiés par Forbes, le royaume se hisse à la première place en Afrique du Nord, suivi de la Tunisie (96e), l’Egypte (101e), l’Algérie (124e) et la Libye (149e). A l’échelle continentale, le pays est arrivé troisième sur le podium, derrière la république de Maurice (41e), l’Afrique du Sud (48e) et avant le Ghana (85e), la Namibie (86e) et le Sénégal (89e).

Dans le monde arabe, le Maroc occupe la sixième place de la liste, avec les Emirats arabes unis en première position (31e), suivi du Qatar (40e), Oman (47e), l’Arabie saoudite (50e) et le Bahreïn (55e). Le Maroc devance la Jordanie (67e) et le Koweït (73e).

Dans l’ensemble, le Royaume-Uni arrive en tête de peloton, suivi de la Nouvelle-Zélande (2e), les Pays-Bas (3e), la Suède (4e) et le Canada (5e). Inversement, la Libye est 149e, l’Afghanistan 150e, Haïti 151e et la Gambie 152e. Le Tchad arrive en dernier et occupe la 153e place de la liste.

Pour faire ce classement, Forbes s’est appuyée sur plusieurs données et rapports publiés par de grandes organisations, telles que l’enquête Doing Business de la Banque mondiale, l’indicateur de la liberté économique de Heritage Foundation, le rapport de compétitivité mondiale du Forum économique mondial, l’Indice international du droit de propriété de l’Institut libéral, et enfin, l’indice de développement humain des Nations unies.

Soyez le premier à donner votre avis...
Convertisseur de devises
Montant :
De :
 :