En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Politique Publié

Macron oublie le Polisario et invite l’Algerie à un «dialogue» avec le Maroc sur le Sahara

Emmanuel Macron a appelé le Maroc et l’Algérie à ouvrir un «dialogue» en vue d’une solution à la question du Sahara. Une crise qui «bloque» l’intégration économique au Maghreb, a affirmé le président français dans une interview accordée au quotidien El Khabar. Une déclaration qui devrait provoquer des grincements de dents.

Temps de lecture: 2'
Emmanuel Macron, le 14 février 2017, à la basilique Notre-Dame d'Afrique à Alger. Ph. AFP

Après des mois d’attente, Emmanuel Macron se rend en Algérie ce mercredi 6 décembre pour une brève visite ne dépassant pas les 12 heures. A la veille de ce déplacement, le président français a accordé une interview au quotidien arabophone El Khabar. Une occasion pour lui de revenir sur de nombreux sujets qui intéressent les tenants du pouvoir à Alger, dont le dossier du Sahara occidental.

La réponse du chef de l’Etat a sans aucun doute surpris ses hôtes. Et pour cause, il s’est dit favorable à l’ouverture d’un «dialogue entre le Maroc et l’Algérie autour de cette question», la qualifiant au passage de «primordiale».

Et d’ajouter que c’est au Maroc et à l’Algérie «avec le concours de la communauté internationale de résoudre cette crise qui est la principale cause du blocage économique dans la région (…) La résolution de cette crise représente un défi majeur pour une intégration du Maghreb arabe». «Je souhaite que le Maroc et l’Algérie dépassent leurs divergences pour l’édification d’un Maghreb fort, uni et prospère», a conclu Emmanuel Macron.

Une rupture avec la ligne suivie jusque-là

Des propos entièrement en phase avec la politique défendue depuis des décennies par le Maroc, qui risquent par conséquent de faire grincer des dents à Alger. Ils s’inscrivent effectivement en rupture totale avec la ligne suivie jusque-là par ses prédécesseurs, appelant par exemple à une «solution politique mutuellement acceptée entre le Maroc et le Polisario» ou à «appuyer les efforts de l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara».

Emmanuel Macron s’est montré plus réaliste en essayant de s’en remettre aux deux pays pour aboutir à une solution. Car il s’agit, selon lui, d’un problème principalement entre le Maroc et l’Algérie qu’il appartient aux deux pays de régler.

Le royaume a toujours plaidé pour cette approche et a maintes fois pointé du doigt la responsabilité du voisin de l’Est dans le différend territorial. Ce que le pouvoir algérien a toujours rejeté, affirmant que le conflit se joue principalement entre le Maroc et le Polisario.

Article modifié le 06.12.2017 à 11h52

24 commentaires
Abdelhak38
Date : le 12 décembre 2017 à 14h51
Mon pauvre faut arrêter de manger des clowns le matin ça finit par te faire dire que des bêtises.. Comme je l'ai déjà dit à tes compatriotes : "vous en avez pas marre de vous référer toujours au bas de la ceinture quand vous êtes à cours d'argument" ... c'est une vrai obsession chez vous! et c'est le cas de le dire "ça ne vole pas très haut" Tu mesure le degré de ta fierté par les 580 ans de colonisation (turque + française) ou par le fait que ton pays doit sa naissance et ses frontières à la France. Le "nif algérien" comme tu le dit n'est ni plus ni moins "qu'une carotte virtuelle" qu'utilise ton gouvernement pour faire gober ce qu'il veut à une partie du peuple algérien. Le comble est que la majorité de ceux qui habitent en Algérie n'avale plus ce "pipo" contrairement à ceux qui vivent bien au chaud en Europe "au frais de la princesse".
Citation
Kamparis à écrit:
Ne pas se fier aux images des medias ......Aller aux Aures vous verrez le nif Algerien intact et legendaire ! Par ailleurs vous ne trouverez des DSK en train de profiter de notre jeunesse, jamais en Algerie
alfa410
Date : le 07 décembre 2017 à 11h12
tout à fait! On ne gouverne pas un pays avec des sentiments. les relations entre états sont basés uniquement sur un rapport de force et sur des intérêts. En dehors de ça ce n'est que des plans tirés sur la comète.
Citation
Gaby77 à écrit:
C'est faux macron ne nomme pas les choses quand il faut contrairement à ce qu'on pense. Il tient aux intérêts français. Je souhaite l'entendre sur la décision de Trump qui est une violation des résolutions onusiennes, aucun mot sur la colonisation juive en Cisjordanie que la france n'approuve pas mais ne sanctionne pas. Il est équilibriste entre le Maroc et l'Algérie, stratégie de tous les présidents français depuis 25 ans.
sarafanxxl
Date : le 07 décembre 2017 à 10h20
@kamparis. c'est vrai que quand on vit hors d'Algérie, on ne sait ce qui s'y passe. pas de DSK en Algérie ???? pour éclairer ta lanterne ,tape sur Google : prostitution en Algérie /tournage de films porno à Annaba ,tu vas être gavé. l'Algérie debout ? tu as tout à fait raison.il y a 3 semaines des milliers d'algériens étaient debout depuis minuit devant le consulat français pour un visa d'étude en France (comme si l'éducation n'existe pas en Algérie). ils étaient tellement debout qu'il a fallu appeler les forces de l'ordre et les ambulances. la semaine passée, l'Espagne a tiré la sonnette d'alarme et les oreilles de Messahel pour crier son ras le bol des algériens clandestins debout qui envahissent son territoire. l'Algérie debout ,pays qui regorge de gaz et de pétrole (bien géré ,il aurait pu être la suisse de l'Afrique ) pousse par désespoir ses filles a chercher des vieux chnoks européens pour les épouser même si l'octogénaire époux s'appelle DOBERMAN. si tu était un algérien debout ,tu serais à Alger profitant des richesses de ton pays.et fier comme un Algérien, tu aurais comme pseudo :kamald'Alger. bonne journée
Citation
Kamparis à écrit:
Ne pas se fier aux images des medias ......Aller aux Aures vous verrez le nif Algerien intact et legendaire ! Par ailleurs vous ne trouverez des DSK en train de profiter de notre jeunesse, jamais en Algerie
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com