Menu

Archive Culture   Publié

Nomad #53 : Asmaa, une source thermale en plein désert

Loin de la source thermale de Moulay Yaacoub et Sidi Harazem, loin des circuits touristiques traditionnels, se trouve une source thermale en plein désert, nommée sobrement Asmaa. Ce lieu est devenu une étape incontournable pour les touristes de passage à Dakhla. Immersion.

Temps de lecture: 2'
Asmaa, une source thermale en plein désert. / Ph. DR

Lors d’un voyage avec l’Office national marocain de tourisme (ONMT) pour découvrir la région de Dakhla, Yabiladi a pu découvrir un lieu très spécial. A 35 kilomètres de la ville, en plein désert marocain, se trouve une source thermale avec une eau chaude à l’odeur particulière : la source thermale Asmaa.

Il faut s’aventurer sur une piste de sable après le km 25. Les paysages désertiques s’étendent à perte de vue. La première impression de ce parcours, est d’être perdu au milieu de nulle part. Tout d’un coup, une petite habitation apparaît, avec un attroupement de touristes. Une scène cocasse s’offre à nous avec des badauds qui filment et prennent des photos avec de larges sourires alors qu’ils sont en plein désert. Mirage ?

Quelques minutes plus tard, le mystère est levé, un jet d’eau puissant surgit, émerveillant les touristes qui vont à tour de rôle s’offrir «un bain» de la source thermale d’Asmaa. L’odeur, très forte, emplit nos narines, celle du soufre qui est très présent dans cette eau. Les fans de Moulay Yaacoub ne pourront qu’apprécier.

Les touristes prennent beaucoup de plaisir à plonger sous l'eau de la source thermale. / Ph. Zaïnab Aboulfaraj - YabiladiLes touristes prennent beaucoup de plaisir à plonger sous l'eau de la source thermale. / Ph. Zaïnab Aboulfaraj - Yabiladi

Une eau à la température qui avoisine les 30 degrés

Selon Daifallah Endour, délégué régional du tourisme de Dakhla – Oued Eddahab, contacté par Yabiladi, l’appelation Asmaa est récente. «C’est juste une appellation qu’on a trouvée pour les gens qui transportent les touristes vers la source. Il n’y a pas vraiment d’appellation propre pour que ça soit historique», indique le responsable.

«L’étape est incontournable dans les excursions touristiques. L'une des particularités de cette source est la qualité de la température de l’eau qui avoisine les 30 degrés ainsi que le débit, puissant.»

Daifallah Endour évoque des projets à venir, notamment la construction d’une véritable station thermale. «Il existe un projet dans ce sens, pour élaborer un concept de développement d’une source thermale dans le cadre du programme de développement tourisme rural est nature», explique le délégué régional du tourisme de Dakhla – Oued Eddahab.

Ph. Zaïnab Aboulfaraj - YabiladiPh. Zaïnab Aboulfaraj - Yabiladi

De soufre et d’eau

L’eau sulfurée (avec une composante prédominée par le soufre), a un parfum caratéristique tels des œufs putréfiés. L’eau sulfurée peut être ingérée, ou appliquée. Elle est «indiquée principalement pour des processus rhumatisants, dermatologiques comme eczémas, kératose, psoriasis ou prurits et respiratoires chroniques, comme la laryngite, rhinite, bronchite, et l’asthme», explique un site spécialisé dans la balnéothérapie et la thalassothérapie.

L’agence du bassin hydraulique de Sakia El Hamra – Oued Eddahab est propriétaire du forage hydraulique à l’origine de la source thermale. Hassan Draoui, ingénieur et chef de service des travaux et de l’assistance technique, déclare à Yabiladi que la «nature de la nappe est artésienne, ce qui veut dire que quand on ouvre le forage, l’eau sort avec une grande pression».

«C’est la même eau qui alimente les habitants de Dakhla.»

L’ingénieur explique pour que les habitants se débarassent de l’odeur particulière de l’eau, ils ont une méthode traditionnelle : «Ils mettent tout simplement l’eau dans du cuivre de 24 à 48 heures». Le processus industriel est quant à lui bien différent. «Il y a une station de déminéralisation», mais le soufre est enlevé «dans des bassins d’aération».

Après avoir profité de l’eau cristalline de la lagune caressée par les vents puissants de Dakhla, la dune Blanche émouvante de fragilité, et l’île du Dragon et son écosystème remarquable, le crochet par cette source thermale vous offrira une parenthèse agréable en plein milieu du désert.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com