En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Politique Publié

Trafic de drogue : Dans un procès expéditif, le Polisario condamne 18 Marocains à de lourdes peines

Le 18 juillet, le Polisario annonçait l’interpellation de 19 Marocains «accusés» de trafic de drogue. Après des mois de silence, il communique aujourd’hui le verdict à l’encontre des suspects. Le procès, expédié en une semaine, a été tenu à l’abri des médias.

Brahim Ghali, chef du Polisario / DR

Le Polisario a prononcé ce lundi son verdict à l’encontre des ressortissants marocains accusés de trafic de drogue. Les peines d’emprisonnements sont lourdes : 17 ans et 8 mois plus un mandat d'arrêt à l’encontre de l’unique suspect en fuite (un membre du Polisario, ndlr), 16 ans pour deux mis en cause et 15 ans pour les 17 autres. Tous les supposés criminels ont été condamnés à payer des amendes de 500 mille à 860 mille dinars algériens, indique la SPS.

Contrairement aux dires du Front qui avait annoncé en juillet son projet d’internationaliser cette affaire avec la présence d’observateurs étrangers et même d’avocats marocains, le procès s’est tenu finalement à l’abri des regards des médias locaux et internationaux.

Un procès expédié en une semaine

Force est de constater que le procès a été expéditif. La première séance s’est tenue, en catimini, le 31 octobre dans la zone tampon de Tifarity sous les regards passifs de la MINURSO. Certains supports de communication du Polisario n’ont relayé l’information que le jeudi dernier, soit deux jours plus tard. Et le verdict est tombé ce lundi 6 novembre. Un record dans ce genre de procès aux multiples et enchevêtrées ramifications. La chape de plomb jetée sur cette affaire n’est pas sans soulever des interrogations.

Le communiqué du «ministère de la Justice et des Affaires religieuses», relayé aujourd’hui par la SPS, précise par ailleurs que des «avocats sahraouis» ont assuré la défense des suspects. Néanmoins ont-ils eu le temps nécessaire pour plaider convenablement la cause de leurs clients, sachant que seule une petite semaine a séparé la première de la deuxième et dernière séance de ce procès ?

A titre comparatif, les audiences du dossier Gdim Izik, tant décrié par le Polisario et ses soutiens, se sont étalées sur plus de sept mois, lors de son examen devant la Chambre criminelle près la Cour d’appel de Salé. En effet, le procès a débuté le 26 décembre 2016, et l'annonce du verdict a eu lieu le 19 juillet 2017.

Pour rappel, après un long silence des autorités marocaines, le 27 juillet dernier, le ministre marocain des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement avait déclaré à la presse que l’exécutif «n’a pas examiné l’interpellation» des Marocains par le Polisario parce qu’il «n’est pas en en possession d’informations dignes de confiance et crédibles».

7 commentaires
FATEM95
Date : le 07 novembre 2017 à 17h41
La meilleure réponse est d'activer notre diplomatie pour les priver d'Abidjan coûte que coûte. Il leur faut une humiliation avec un prix de groupe: Messahel, Zuma, Ghali, le tchadien dont j'ai oublié le nom, Ouyahia et tous les le7assa de la sphère bananière. J'espère que les Ivoiriens seront à la hauteur. Dans un deuxième temps, on s'occupera des marocains jugés par ce tortionnaire bloqué à Tindouf.
Itwasntme
Date : le 07 novembre 2017 à 14h46
Papa Zuma et chibani boutef devraient plutôt s occuper en priorité des jeunes étudiants que des terroristes polizbeliens. La matraque policière pour les sud africains https://youtu.be/MKtLwcXwfy4 Et les requins de la Méditerranée pour les pauvres haragas algériens. https://youtu.be/SY6UPaqDzU0 Sans commentaires.
Itwasntme
Date : le 07 novembre 2017 à 12h48
@abdelhak, La côte d ivoire a rendez vous avec l histoire. C est une opportunité historique pour Abidjan pour dénoncer et modifier en profondeur la charte de l union africaine. Une charte gangrenée et contaminée par 32 ans d influences,de corruption et de conflits d intérêts. Cette aberration des lois internationaux et parasite polizbel a rendu inaudible la voie de l Afrique. C est une opportunité en OR pour définitivement radier et exclure cette entité fantôme de l union africaine. Et à mon avis les Europeens ne vont pas rater cette occasion..qui sera le dernier clou dans le cercueil des poursuites judiciaires du polizbel concernant les échanges commerciaux EU-MAROC. Si le polizbel passe clandestinement avec la délégation du régime couscousptdr ,la pratique et la participation effective au sommet des rats se réglera dans les coulisses avec notre ministre Mr bourita.
Citation
Abdelhak38 à écrit:
El bral Brahim Ghali (li ma kay soua wallou au passage) veut à tout pris entraîner le Maroc dans des polémiques. Son sinistre plan et de médiatiser "a tout prix et à son avantage" le faux problème du soit disant Sahara occidental qui n'est ni plus ni moins qu'une terre faisant partie de notre Royaume. Ce qu'il ne sait pas c'est qu'en face de lui il a une Nation millénaire et que toutes ses ridicules gesticulations ne font et ne feront mouche que dans les pays qui ont un régime bananier , un régime terroriste, un régime mafieux, un régime de violeurs bref les pays gérés par des délinquants comme lui.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com