Société Publié

Propos de Ramid sur les homosexuels : Des ONG saisissent El Othmani et demandent une intervention royale

Des déclarations attribuées au ministre d’Etat chargé des droits de l’homme irritent les associations de défense des droits humains et des libertés individuelles. Mercredi, une lettre a été adressée par 15 ONG pour dénoncer les propos de Mustapha Ramid, qui aurait qualifié les personnes homosexuelles d’«ordures».

Temps de lecture: 2'
Mustapha Ramid, ministre d'Etat chargé des droits de l'homme. / Ph. DR

«Les homosexuels sont des ordures.» Les propos seraient presque passés inaperçus s’ils étaient sortis de la bouche d’une personne lambda. Seulement, ils auraient été prononcés par Mustapha Ramid, ministre d’Etat chargé des droits de l’homme. Mercredi, dans une lettre ouverte, l’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH), l’Association marocaine de lutte contre le sida (ALCS), la Fédération nationale des associations amazighes (FNAA), la Fondation Ait Ljid pour la vie et la lutte contre la violence et 11 autres ONG tirent à boulets rouges sur le ministre PJDiste.

Les signataires appellent à une intervention du roi Mohammed VI, «en tant que chef de l'Etat pour exercer ses pouvoirs constitutionnels et protéger les droits et les libertés des individus et des groupes, puisqu’il est le garant de ces droits constitutionnels», lit-on dans la lettre parvenue à Yabiladi. Ils saisissent par la même occasion Saâdeddine El Othmani, les services gouvernementaux concernés ainsi que le parquet général pour ouvrir une enquête sur les propos du ministre pour que ce dernier «soit auditionné suite à ses positions inconstitutionnelles, contraires aux droits de l’homme, discriminatoires et basées sur l’orientation sexuelles des personnes». «Nous demandons au chef du gouvernement d’exercer ses fonctions politiques à l’encontre de ce ministre méconnaissant les politiques générales déclarées», poursuit la lettre.

«Nous considérons le fait que Monsieur Ramid ait qualifié d’‘ordures’ des citoyens marocains comme une violation flagrante de la Constitution marocaine, qui adopte dans son préambule l'engagement de l'Etat marocain au respect des droits de l'homme tels qu'ils sont internationalement reconnus. Il est honteux qu’un ministre des droits de l'homme stigmatise une catégorie de Marocains en les qualifiant d’ordures.»

Préserver les acquis en matière des droits de l’homme

Pour les associations des droits de l’homme, les ministres doivent respecter la Constitution et ses principes et non pas mettre en avant «leurs croyances personnelles et partisanes». Avec de telles déclarations, «le ministre encourage l'homophobie et incite d'une façon ou d'une autre les gens à se tourner contre les militants des droits de l'homme, en particulier les défenseurs des libertés individuelles», poursuit la lettre. Celle-ci appelle également à la préservation des acquis en matière des droits de l’homme.

Le 26 septembre dernier, lors d’une rencontre à Rabat sur les mécanismes nationaux de lutte contre la torture en Afrique du Nord, le ministre d’Etat chargé des droits de l’homme a été approché par des journalistes pour se prononcer notamment sur les réponses fournies par le Maroc aux recommandations de l’Examen périodique universel. Le ministre se serait étonné d’une question sur la dépénalisation des relations homosexuelles, affirmant que «ce n’est pas un sujet à aborder». Il aurait ainsi ajouté que «les homosexuels sont des ordures», poursuit la lettre.

Cette dernière rappelle que Mustapha Ramid s’est demandé si les Etats membres du Conseil des droits de l’homme des Nations unies «[voulaient] que le Maroc dépénalise les relations homosexuelles». «Les Marocains peuvent-ils accepter une législation permettant une telle chose ? Ou une législation qui égalise l’homme et la femme en matière d’héritage ?», se serait-il interrogé.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com