Menu

Sport   Publié

Adil Taarabt : « J’ai pété les plombs »

Invité sur le plateau de l’émission L’Match du lundi 13 juin sur Médi1 TV, Adil Taarabt est revenu sur la grosse polémique qui a agité la tanière des Lions de l’Atlas, à quelques heures du choc contre l’Algérie. Des raisons de son départ, à son avenir, en passant par son état d’esprit actuel, l’(ex) international marocain s’est livré sans détour.

Temps de lecture: 3'
DR

Après l’effet de surprise, vient le temps des explications. C’est sur le plateau de Jalal Bouzrara, qu’Adel Taarabt a accordé sa première interview télévisée, depuis l'épisode de Marrakech. A la veille de la rencontre cruciale contre l’Algérie comptant pour la 4e journée des Eliminatoires CAN 2012, le joueur décide de quitter le regroupement de la sélection à Marrakech. Dans la foulée, il annonce sa retraite internationale. La décision du joueur de 21 ans a soulevé des tas d’interrogation, mais surtout une grosse vague de critiques au sein des supporters.

Sur le plateau de L’Match, le joueur des Queens Park Rangers a expliqué : «Pour être sincère, j’ai vu que je n’étais pas dans le onze de départ. J’avais à cœur de faire ce match-là, puisque je n’avais pas bien joué le premier match à Annaba (…) Donc j’ai pété les plombs, et j’ai décidé de quitter le stage». Il a ainsi confirmé la version qu’il avait donnée à chaud au téléphone à Radio Mars.

Le joueur a aussi expliqué qu’il avait surtout été déçu de ne pas avoir été aligné comme titulaire, alors qu’il était arrivé en avance sur le reste du groupe. Il avait même dû faire une partie de la préparation tout seul, avec le staff technique. «Je suis venu dix jours avant tout le monde, et j’étais vraiment concentré pour ce match (…) j’avais envie de le prouver».

Mea Culpa

Loin du discours catégorique qu’il tenait dans les premières déclarations qui ont suivi sa décision, c’est un Adil Taarabt très humble qui s’est présenté sur le plateau. Tout au long de l’émission, il s’est excusé de sa décision, auprès de l’encadrement technique des Lions de l’Atlas, de ses coéquipiers, de la fédération, mais surtout auprès des supporters. Bon nombre d’entre eux lui ont en effet reproché, et continuent d’ailleurs de lui reprocher sa décision.

Taarabt réputé comme un joueur de caractère, n’en est pas à son coup d’essai. En octobre dernier, il était à deux doigts de claquer la porte de la sélection parce que Dominique Cuperly, l’adjoint de Gérets  ne l’avait pas aligné lors de la victoire en Tanzanie (0-1) dans ces mêmes éliminatoires. Taarabt dit aujourd’hui regretter sa décision, et se dit prêt à changer.

Sa relation avec Gérets

En conférence de presse d’après match, le sélectionneur national, visiblement remonté avait adressé une pique à Taarabt. «J’espère qu’il a vu le match (…) alors il a compris pourquoi il aurait été sur le banc, et Assaidi sur le terrain», avait déclaré le Lion de Rekem devant les caméras. Les insinuations du sélectionneur national ont visiblement fait mouche, car Taarabt a estimé que Gérets avait exagéré en osant une comparaison avec Assaidi.

Le jeune milieu de terrain a cependant précisé qu’il n’y avait jamais eu de problème avec Gérets. «Il a toujours été positif avec moi, il m’a toujours ouvert la porte (…) Le problème, c’est que je n’arrivais pas à accepter cette décision (celle de ne pas le titulariser, ndlr), et pourtant ce n’était pas fini», a ajouté Taarabt.

Quid de son avenir en sélection ?

Sur le plateau de L’Match, Adel Taarabt a insisté sur le fait qu’il n’était pas venu demander à être de nouveau sélectionnable. Aujourd’hui, il est cependant clair, qu’il n’a pas tiré un trait définitif sur les Lions de l’Atlas. Conscient de la gravité de son geste, il se dit prêt à en assumer les conséquences. Il estime à ce sujet qu’il n’a pas grillé toutes ses chances en sélection. «Je pense que c’est vrai que j’ai fait une grave erreur, et il faut maintenant l’assumer».

S’il sait qu’il aura besoin de se faire pardonner, il sait aussi que ce sera sur le terrain. «Je ne sais pas si je vais être sélectionnable ou pas (…), le  plus important c’est comment me faire pardonner (…) c’est ce que je vais  faire en club sur le terrain dès l’année prochaine, et montrer aux Marocains  que je suis toujours là, et montrer au sélectionneur qu’il peut toujours compter sur moi».

Le discours de Taarabt tranche donc définitivement avec celui d’il y a quelques jours, où il affirmait que pour lui, la sélection avec ou sans Gérets, c’était fini. De son côté, Gérets a toujours dit du bien de lui, mais comment gèrera-t-il cette nouvelle incartade de son poulain ? La réponse dans les prochaines listes certainement.

Adel Taarabt en exclusivité dans L'Match

n'exigerant rien
Auteur : habib75
Date : le 15 juin 2011 à 22h05
la mentalité d'eric contona n'a rien a voir avec celle d'adel .......

il (contona) faut voir les causes qu'il defend ... avant de le comparer avec n'importe quel autre joueur marocain
Le Maroc
Auteur : [email protected]
Date : le 15 juin 2011 à 13h19
La France a Eric Contona , Le Maroc a Adil Taarabt
L'erreur est humaine
Auteur : catzéro
Date : le 15 juin 2011 à 13h08
Je pense qu'il faut lui donner une dernière chance, c'est vun très bon joueur, qui aime son pays, il faut le sanctionner financièrement et le laisser sur le banc un ou deux matchs sans le faire entrer pour qu'il s'habitue à être remplaçant.
N'oublions pas qu'il y a les qualifs de la cdm et la can 2015 chez nous.
C'est pardonnable
Auteur : berhoc
Date : le 15 juin 2011 à 12h22
Je pense qu'il faut être indulgent. Le parfait n'existe pas et nous pouvons jamais évoluer sans faute
touche pas a assaidi
Auteur : habib75
Date : le 15 juin 2011 à 10h53


tu n'es pas adel taarabt par hazarre? ou son frere? parce que la, c'est plus qu'abuser ce que vient de nous ecrire ..

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com