Menu

Société Publié

Rachid Niny condamné à un an de prison ferme, ses avocats feront appel

Le tribunal de 1e instance d’Ain Sebaâ a rendu son verdict aujourd’hui, jeudi 9 juin, dans le cadre du procès mettant en cause Rachid Niny. Le directeur de publication du quotidien «Al Massae» a été condamné à un an de prison ferme et 1000 dirhams d’amende. Ses avocats considèrent le jugement comme «atteinte à la liberté d'expression». Ils prévoient de faire appel.

Temps de lecture: 2'
DR

Placé en détention depuis plus d’un mois, Rachid Niny a été finalement condamné, à un an de prison ferme et 1000 dirhams d’amende. La sentence a été prononcée aujourd’hui, jeudi 9 juin, par le tribunal de 1e instance d’Ain Sebaâ, à Casablanca.

Accusé d’avoir relayé de fausses informations, le directeur de publication du quotidien arabophone «Al Massae» a été condamné pour avoir «jeté du discrédit sur une décision de justice, tenté d'influencer la justice et évoqué des faits incriminés non avérés». Le représentant du ministère public avait requis une condamnation à la prison ferme à l’encontre de Rachid Niny ainsi que l'interdiction d'exercer son métier de journaliste au Maroc. Le tribunal n’a pas retenu, toutefois, cette dernière requête, rapporte l’AFP.

La défense fera appel

Cependant, l’affaire n’est certainement pas à sa fin. Les avocats de Rachid Niny prévoient de faire appel à cette décision judiciaire. «Nous rejetons ce verdict qui est une atteinte à la liberté d'expression. Nous regrettons que la justice ait écarté l'application du code de la presse à la faveur du code pénal» a déclaré Me Khalid Sefiani, cité par l’Agence France Presse. L’avocat affirme également que la défense va «faire appel de cette décision de justice».

Pour rappel, lors de l’audience qui s’était tenue jeudi 2 juin, les avocats de Rachid Niny avaient décidé de se retirer, après que le tribunal ait refusé leur demande de juger le journaliste selon le code de la presse et non le code pénal, comme ce fut le cas aujourd’hui. Rachid Niny, quant à lui, avait refusé catégoriquement de dévoiler ses sources, à la base des articles incriminés.

Publication de fausses informations ?

Arrêté le 28 avril dernier par la Brigade nationale de la police judiciaire, Rachid Niny a été placé ensuite la prison Oukacha de Casablanca. L’accusation lui reproche d’avoir «méprisé des décisions de justice» et «dénoncé des crimes qui n'ont pas eu lieu».

Rachid Niny avait relayé, dans les lignes de sa chronique «Chouf Tchouf», un ensemble d’informations relatives à des personnalités «bien placées» de l'Etat dont Ali Fouad El Himma et le directeur de la Surveillance du territoire, Abdelatif Hammouchi. Aucune enquête n’a été faite, jusqu'à présent, pour vérifier l’authenticité des ces mêmes informations.

Liberte d'expression!!
Auteur : Agor
Date : le 15 août 2011 à 00h00

Voila comme les choses s'arrangent!!!! Mais on general quand les choses s'arrangent comme ca, c'est pour etre encore plus difficile qu'elles etaient avant!!!!
Quant on veut etre democrate, on doit respecter la liberte d'expression des journalistes: Ils sont la pour deffendre tout le monde, ecrire tout ce qui ils trouve injuste.....etc..etc...Bon courage Rachid Niny
Rachid Niny
Auteur : magaly007
Date : le 19 juillet 2011 à 16h07
salut ,
permettez moi de souligner que je suis du même avis, si on tisse la zizani on récolte okacha
Le Maroc n'a pas besoin des critiques mais d'hommes et de femmes serieux réactifs des batisseurs qui on des principes de la volenté et de la tolérence
je tiens à préciser que al massae est découper en 3 rubrique
1/3 publicité
1/3 faits divers q'on peut lire n'importe ou
le reste que des critiques, protestations ....qui ne rime a rien
nous les marocain on est des gens qui veulent vivre en paix on veux du travail un revenu confortableune vie digne une infrastructure solide tres solide
on veux des droits : droit à l'education à la santé au travail ...... c'est un journaliste qui écrit un chronique qui va influencer le monde le maleur il ne fait que redire ce qui été dit il ya plus important soit au sujet à déveloper ou à traiter ou meme des publication utiles............
c est la critique repeter qui fera d'une personne un journaliste ou pretendre le meilleur chroniqueur
c est pas ça, mais plutot le travail et la perseverance tout en sachant que le seul endroi ou le succés precede le travail est le dictionnaire
alors cher niny pour une fois j'espere que tu rectifira ton champs de mire c'est pas le chemin à suivre pour un Maroc meilleurrrrrrrrrrrrrrrrr en cours de changement surement et doucement


Niny, we are with you for ever
Auteur : akhs
Date : le 11 juin 2011 à 08h05
If Rachid Niny goes to jail for one night, Morocco may not be the first dictator, but sure will be the last.
Dear king don’t let them turn Morocco around. We outside of Morocco share hopes for the future….
Indéfendable !
Auteur : Taha101
Date : le 10 juin 2011 à 15h27
Avec tout le respect que je vous doit, permettez-moi ces quelques remarques:

-Le journaleux inculpé n'est pas un démocrate
-Il n'a aucun respect pour les droits de l'homme véritables
- Il n'a jamais manifesté aucun respect pour la présomption d'innocence des gens qu'il accusait et qu'i calomniait quotidiennement pour inventer le sensationnel et gagner malhonnêtement de l'argent.
- C'est un suppôt de l'obscurantisme et de l'intégrisme le plus dangereux.
- Il à combattu férocement tout les démocrates respéctableset tout les intellectuels modernistes de ce pays.
- Il est l'un des grands diffuseur de la presse de caniveau du Maroc qui fait bcp de mal.
-Il à cherché par tout les moyens à participer à la déstabilisation sociale et politique du pays en diffusant des informations fausses et dangereuses pour la nation Marocainet pour la paix sociale et politique.
-Il à tenté d'enfoncer ses collègues journalistes lors de leurs jugements en publiant des informations malhonnête qui les mettaient en cause.
-Il est animé d'une haine sociale horrible contre son pays et contre les Marocain
-Son populisme de façade n'est qu'un attrape nigaud pour des êtres acculturés qui gobent chaque jour ses inepties.
-500 avocats pour un tel minable c'est véritablement une insulte pour les véritables innocents qui ne trouve jamais qui les défendre.
-Sa mégalomanie pathologique l'a poussé à se frotter à plus dangereux que lui, c'est une bonne chose pour le Maroc et pour les Marocains.
-Ce n'est que le commencement pour ce qu'il doit payer
pour tout le mal qu'il à fait à des innocents.
Bon courage dans votre défense de l'indéfendable.

Il ne faut pas se tromper de combat !!!
Auteur : LESFASSI
Date : le 10 juin 2011 à 10h53
Le Maroc a une grande tradition d'hypocrisie qui consiste à afficher depuis un certain temps des grands principes de liberté d'expression dans la déclaration des droits de l'homme.
Quand on ne peut pas museler une information en tant que telle, on va museler ceux qui la colportent et dont le travail consiste à la mettre à portée du citoyen, c'est-à-dire les journalistes.
La garde à vue et la condamnation de R.NINY, pour lui faire dévoiler sa source après la révélation de l’affaire de détournement des fonds et de trafic d’influence de AL HIMMA et AL FASSI FIHRI , en est l'illustration. Officiellement, les articles de la Constitution et du code de la presse marocain « http://www.snpm.ma/affdetail.asp?codelangue=23&info=873» et du code de procédure pénale prévoit une apparence de secret des sources au bénéfice des journalistes.
Mais le pouvoir entaille largement l'espace de liberté que la presse marocaine était parvenue à se ménager. Saisie et destruction de journaux, procès, peines de prison ferme... les affaires se succèdent.
Mr ABSS, c’est, grâce à cette presse-là que les Marocains s’informent correctement sur ce qui se passe dans le pays.
Et je trouve qu’elle est innovante et transparente, loin de la rhétorique poussiéreuse des organes de presse officielle.
Mr ABSS c’est grâce à cette presse là aussi que les Marocains découvrent et comprennent , non seulement les nouveaux phénomènes qui les entourent mais acquièrent aussi un regard instructif sur les tristes années de leur passé. En l’absence d’une opposition démocratique digne de ce nom, le journalisme indépendant, malgré ses lacunes, se trouve au-devant de la scène.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com