En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Politique Publié Le 13/09/2017 à 09h30

Le président tunisien réagit indirectement aux accusations du prince Moulay Hicham

Après avoir été accusé par le prince Hicham d’être le donneur d'ordre de son expulsion de la Tunisie, Béji Caid Essebsi réagit indirectement. Les services de la présidence auraient soufflé un scoop à des médias locaux et ce en présentant un bouc-émissaire. Mais la manœuvre reste peu convaincante. Explications.

Béji Caïd Essebsi, président de la Tunisie / DR

La polémique au sujet de l’expulsion de Moulay Hicham continue d'enfler. Chaque jour apporte une nouvelle actualité à ce sujet. Cette fois, ce sont des médias locaux qui avancent une nouvelle thèse. Ils s’accordent à attribuer la responsabilité de la décision à l’ancien ministre de l’Intérieur, Hédi Majdoub. Il est présenté comme le donneur d’un ordre «oral» aux policiers ayant procédé vendredi à l’opération.

Et d’ajouter que Béji Caid Essebsi n’aurait pas été informé de la décision prise par son ancien ministre. Le locataire du palais de Carthage aurait même demandé l’ouverture d’une enquête en vue d’élucider les circonstances du bannissement du cousin du roi Mohammed VI du territoire tunisien, expliquent les mêmes sources.

Le ministre a quitté son poste deux jours avant l’expulsion du prince

La piste présentée par des médias tunisiens est peu convaincante voire même cousue de fil blanc. Le «bouc émissaire» a -faut-il le rappeler- quitté le département de l’Intérieur le mercredi 6 septembre, soit deux jours avant l’expulsion du prince. Il figurait d'en effet parmi les ministres ayant quitté le gouvernement Youssef Chahed à l’occasion d’un vaste remaniement ministériel. Hédi Majdoub a été remplacé par Lotfi Brahem, un militaire qui avait dirigé auapravant la gendarmerie.

Il faut noter également que cette thèse avancée par les médias tunisiens ne cadre pas avec la réalité des tenants du pouvoir dans le pays. Un pouvoir dont le principal acteur n’est autre que Béji Caid Essebsi.

Sa griffe est d’ailleurs parfaitement visible sur la dernière composition de l’exécutif Chahed. En témoigne la présence d’anciens dirigeants du Rassemblement constitutionnel démocratique, le parti de Ben Ali. C’est le cas notamment de Ridha Chalghoum, nommé ministre des Finances et Slim Chaker qui hérite du maroquin de la Santé. Les deux avaient occupé respectivement les départements des Finances et de la Jeunesse et des Sports sous l’ancien président.

La nouvelle sortie des médias tunisiens visant à blanchir le chef de l’Etat incitera-te-elle le prince Moulay Hicham à révéler d’autres zones d’ombres entourant cette affaire ? Pour rappel, lundi 11 septembre, dans des déclarations à la chaîne France 24/arabe, le prince avait ouvertement accusé le président tunisien d’avoir personnellement ordonné son expulsion de Tunisie. 

4 commentaires
youssef1851
Date : le 13 septembre 2017 à 21h16
...Il reste un citoyen Marocain avec toutes les mesures requises , ...Nous, Marocains en tant que tel, notre role patriotique reste de dènoncer cet abus quand aux règles internationales de sauvegarder l'immunitè diplomatique ,sans parler de son statut de prince (rebelle) ou pas que chacun est seul responsable de ses convictions et ses principes ,et puis c'est un prince issu de la famille règnante, ne fallait-il pas voir le cotè de respect vis-à-vis de son cousin qui n'est autre que le ROI du Maroc ???
participant
Date : le 13 septembre 2017 à 18h30
trop gentil les tunisiens !!!! oh , mais vous n'avez pas à vous justifier . Chaque pays peut expulser qui il veut sans donner aucune explication ... les pays occidentaux le font tout les jours , le champion est les USA. Donc amis tunisiens , Ne Tombez pas dans le piege. C'est pour ca qu'au maroc on se mefie de ce personnage , là ou il passe il laisse une zizanie.... et puis posez lui la question , son voyage et son intervention etaient payé par qui ?
youssef1851
Date : le 13 septembre 2017 à 17h43
Quand on crache en l'air ,ça nous retombe toujours dessus. L'oeuf est dèjà cassè ... faut-il assumer ce n'est pas la maladie parkinson c'est celle d'alzheimer .
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com