En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Politique Publié Le 12/09/2017 à 12h15

Hamid El Mahdaoui : Peine de prison ferme alourdie à un an en appel

Le journaliste Hamid El Mahdaoui. / Ph. Archives

La cour d’appel d’Al Hoceima a tranché à l’encontre du directeur du site Badil.info, Hamid El Mahdaoui. Lundi soir, la justice a prononcé une peine d’un an de prison ferme au lieu du jugement initial de trois mois de prison rendu par le tribunal de première instance.

Le procès a duré plus de 20 heures, comme le précise le site Badil.info. Le jugement n’a été rendu que ce matin, très tôt.

Selon nos confrères d’Alyaoum 24, la défense du journaliste El Mahdaoui avait demandé le report du procès en appel au 11 septembre pour réclamer sa libération, «mais le juge a refusé de libérer El Mahdaoui».

Le journaliste fait également face à une accusation de «non dénonciation d’un crime portant atteinte à la sûreté de l'Etat» suite à son arrestation dans la ville d’Al Hoceima le 20 juillet dernier.

Le tribunal de première instance d’Al Hoceima a condamné, le 25 juillet dernier, Hamid El Mahdaoui à trois mois de prison ferme et 20 000 dirhams d’amende sous l’accusation «organisation d’une manifestation non autorisée» et d’autres chefs d’accusation retenus contre lui comme «incitation à commettre un délit à travers des discours et slogans dans un lieu public».

Le directeur de Badil.info a entamé une grève ouverte de la faim juste après l’annonce du verdict. Dans une lettre adressée à l’opinion publique et internationale, Hamid Al Mahdaoui affirme faire une grève de la faim «jusqu’à la mort», comme l’indique le site Badil.info.

Article modifié le 12.09.2017 à 18h28

6 commentaires
bouloulou4
Date : le 13 septembre 2017 à 11h54
Ils n'ont aucune liberté, comment pourraient-ils en connaître les limites?
eross
Date : le 12 septembre 2017 à 22h40
il faut des journalistes qui dénoncent le désordres mais il y a une façon de faire. Aujourd'hui les journaux qui n'ont pas peur ot déjà payé comme le patron de Almassae. Mais grâce à son intelligence son journal est le plus vendu au Maroc après Nichane ou Telquel le reste c'est la brosse et le cirage. Hamid El Mahdaoui avait trop abusé. Je lisais son journal et j'ai vu toutes ses vidéos qu'il publiait tous les jours. Il serait dans n'importe quel pays démocratique il aurait payé très cher.
motao-1
Date : le 12 septembre 2017 à 20h58
Ce triste journaleux monté sur estrade ne savait pas qu'on le filmait (gestes et son)? . Excitant et incitant des badauds et autres jeunes rifains à manifester malgré l'interdiction de la manifestation. Il va pas dire qu'il faisait le métier de journaliste. Son jugement en tant que fouteur de troubles est incontestable.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com