Menu

Sciences   Publié

Un fossile de dinosaure probablement découvert au Maroc en vente sur Facebook

Un fossile d’un Spinosaurus aegyptiacus, espèce découverte pour la première fois en Egypte puis au Maroc en 2013 serait dans la collection d’un marchand irlandais de fossiles. Une affaire rapportée par l’enseignant-chercheur Abdelouahed Lagnaoui, qui donne plus de précisions sur l’espèce, son transfert illégal à l’étranger et son éventuelle vente. Détails.

Temps de lecture: 3'
Le Spinosaurus aegyptiacus apparaît aujourd’hui comme le plus grand dinosaure carnivore de tous les temps. / Ph. Davide Bonadonna, Nizar Ibrahim, Simone Maganuco - Science

Après le scandale autour de la vente en France du squelette du Zarafasaura Oceanis, plésiosaure marin découvert dans le bassin des phosphates de Khouribga, une autre affaire relative au patrimoine archéologique et paléontologique du Maroc vient d’être signalée.

Mercredi, le professeur universitaire Abdelouahed Lagnaoui a partagé sur sa page Facebook une autre publication d’un Irlandais. Ce dernier proposait de vendre un fossile de sa collection. Dans sa publication, George Corneille informe qu’il s’agit du fossile d’un Spinosaurus aegypticus adulte, découvert dans la formation d’Ifezouane et Aoufous dans le bassin de Kem Kem (Drâa-Tafilalet).

Contacté par Yabiladi ce jeudi, le professeur universitaire, membre de l’Institut de géologie et technologie pétrolière à l’Université fédérale de Kazan en Russie, apporte des précisions. «Ce monsieur est en Irlande. J’ai vu le post sur un groupe Facebook sur les fossiles et leur vente. Bien qu’il n’indique pas que le fossile est à vendre, dans les commentaires, des personnes lui demandent le prix et il répond en les invitant à le contacter en message privé», nous confie-t-il.

Abdelouahed Lagnaoui nous informe aussi que George Corneille «organise des expositions partout dans le monde, notamment en Amérique et en Europe». «Il expose des fossiles pour les vendre et il dispose d’une grande collection de fossile et de minéraux», poursuit l’enseignant-chercheur.

«Ça ressemble à ce qui a été découvert dans la région de Kem Kem»

Comment a-t-il mis la main sur le fossile d’un dinosaure découvert au Maroc ? «Telle est la grande question», nous répond-t-il. Il nous rappelle d’abord qu’il «y a de grandes histoires ayant eu lieu au Maroc». «Dans la région de Midelt, un Allemand qui faisait appel aux habitants du douar pour chercher des fossiles et le contacter par la suite pour les acheter et les transférer illégalement à l’étranger, avait été arrêté par les autorités», se remémore-t-il.

«Je doute que le vendeur ait des informations parce que le transfert est clandestin. Mais, l’espèce (Spinosaurus aegypticus, ndlr) est parmi les dinosaures très rares à l’échelle mondiale. Seulement deux fossiles ont été découverts dans le monde : Au Maroc et en Egypte. Bien qu’on ne peut pas prendre sa déclaration pour argent comptant, il n’y qu’au Maroc où l’espèce a récemment été découverte et ça ressemble à ce qui a été découvert dans la région de Kem Kem.»

Le professeur à l’université Chouaib Doukkali à El Jadida rappelle que le fossile égyptien a été découvert en 1915. «C’est d’ailleurs pourquoi l’espèce a été baptisée Spinosaurus aegypticus par un chercheur allemand», dit-il. Transféré au musée à Munich par le chercheur, le fossile est détruit tout comme le musée lors d’un raid des forces alliées à la Deuxième guerre mondiale, en 1944.

Au Maroc, Abdelouahed Lagnaoui se rappelle de la recherche lancée en 2013 et qui a permis de découvrir le fossile d’un deuxième Spinosaurus aegypticus, dans la région de Kem Kem (Drâa-Tafilalet). Un article a même été publié dans la revue internationale Sciences par l’équipe internationale de chercheurs, comptant parmi ses membres Nizar Ibrahim, allemand d’origine marocaine et Samir Zouhri, de l'université Hassan II de Casablanca au Maroc. Ce dernier de nous informer qu’actuellement, le fossile du Spinosaurus aegypticus découvert en 2013 est au musée de la faculté d’Ain Chok à Casablanca. Il regrette toutefois que la récupération de l'ensemble des parties de ce patrimoine s’avère difficile.

Reconstruction squelettique numérique et contours de chair transparent de Spinosaurus aegyptiacus. / Ph. smithsonianmagReconstruction squelettique numérique et contours de chair transparent de Spinosaurus aegyptiacus. / Ph. smithsonianmag

Spinosaurus aegyptiacus, le dinosaure mi-canard, mi-crocodile

En septembre 2014, le magazine Futura Sciences publiait un article sur Spinosaurus aegyptiacus, dinosaure carnivore, dépassant en taille le T-Rex et dont la tête fait penser à celle d'un crocodile. L’espèce visait en Afrique du Nord il y a environ 95 millions d’années. La première description de cet animal avait été faite en 1915 par le paléontologue allemand Ernst Freiherr Stromer von Reichenbach. Il avait découvert des restes fossilisés de ce dinosaure dans le Sahara égyptien, poursuit le média.

Depuis la destruction du Spinosaurus aegyptiacus égyptien, «quelques os fossilisés et des dents coniques découverts au Maroc lui avaient été attribués et on pouvait s'attendre à de nouvelles découvertes concernant cet animal dans ce pays qui apparaît comme un paradis pour paléontologues», poursuit la même source. Celle-ci de citer l’article original paru dans la revue Science et un reportage de National Geographic avec comme intervenant Nizar Ibrahim.

«Travailler sur des fossiles de Spinosaurus aegyptiacus donne l’impression que l’on étudie des restes d’un animal extraterrestre tant il se singularise par rapport aux autres dinosaures en étant le premier découvert incontestablement adapté à la vie aquatique.»

Son collègue y explique que le crâne et la queue du dinosaure «ressemblent beaucoup à ceux d’un crocodile, ce qui constitue des preuves sérieuses d'un mode de vie semi-aquatique». Le plus frappant chez le Spinosaurus aegyptiacus est «l’espèce de voilure constituée d’une hypertrophie des épines neurales de ses vertèbres dorsales (…) certaines pouvaient atteindre la hauteur d’un homme».

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com