Menu

Article

Paris : Le député LREM M'jid El Guerrab envoie son ex-camarade du PS à l'hôpital

Le député la République en Marche (LREM) M’jid El Guerrab a asséné des coups de casque à Boris Faure, un responsable socialiste, ce mercredi. Ce dernier a dû subir une intervention chirurgicale. Le Parti Socialiste a diffusé un communiqué dénonçant «l’agression». Du côté de l’entourage de M’jid El Guerrab, on parle d’harcèlement et menaces subies par le Franco-marocain de la part de Boris Faure. Détails.

Publié
M'jid El Guerrab, député de la 9ème circonscription des Français à l'étranger / Ph. Luxeradio
Temps de lecture: 2'

Le député de la République en Marche (LREM), M’jid El Guerrab a porté des coups de casque à Boris Faure, premier secrétaire de la Fédération PS des Français à l’étranger, dans le cinquième arrondissement à Paris, indique Marianne. L’incident s’est passé mercredi devant l’antenne de Paris Habitat situé rue Broca. Le Franco-marocain a indiqué à la police avoir été «agressé et insulté par son adversaire, avec qui il entretient un contentieux politique», précise le média français. Touché au niveau de la tempe, Boris Faure a été hospitalisé.

M’jid El Guerrab passait en scooter devant un restaurant de la rue Broca lorsqu'il aperçoit Boris Faure. Les retrouvailles entre les ex-camarades du PS se soldent en règlement de comptes. «Ils commencent à discuter et au bout de quelques minutes, le député lui assène un coup de casque très violent puis un deuxième. L'autre tombe par terre, en sang», indique un témoin oculaire cité par Marianne. «Si on ne l'avait pas arrêté, il aurait continué à le tabasser», témoigne l’un des vigiles qui a dû séparer les deux hommes.

Contacté ce jeudi par Yabiladi, une source proche de l’entourage du député LREM nous confie que «M’jid a croisé Boris Faure ‘par hasard’». Il nous informe ensuite que le député LREM a trouvé Boris Faure «quasiment en bas» de la maison où habite le Franco-marocain avec sa femme et ses enfants. «Il a pris peur», enchaîne notre source avant d’ajouter que «Boris Faure n’a pas supporté que M’jid El Guerrab quitte le PS pour En Marche».

Notre source nous rapporte aussi que M’jid serait sujet à «des menaces à répétition de la part de Boris Faure depuis quelques mois». Mercredi, le socialiste aurait commencé à «proférer des insultes raciales». «Il lui a dit ‘sale communautariste’ et ‘sale arabe’ puis il lui a attrapé le bras. M’jid El Guerrab s’est emporté».

Et notre source de conclure : «il y aura probablement une plainte de M’jid El Guerrab pour harcèlement moral et agression».

Le PS et Didier Le Bret condamnent

L’histoire entre les deux hommes remonte à fin 2016, quand M’jid El Guerrab quitte le PS pour rejoindre LREM. Boris Faure était alors le directeur de campagne de Didier Le Bret, concurrent du parlementaire lors des élections législatives dans la 9e circonscription des Français de l’étranger. Boris Faure n’a pas hésité à critiquer les choix politiques de son adversaire, à travers un article dans l’espace blog de Mediapart titré : «M’jid El Guerrab, portrait d’un opportuniste ordinaire».

Ce jeudi, le Parti socialiste a condamné «l’agression du camarade» Boris Faure. Il informe, dans un communiqué, que le Premier secrétaire de la Fédération PS des Français à l’étranger a dû subir une «opération chirurgicale» à la suite des coups de casques donné par M’jid El Guerrab». «Rien ne saurait justifier un tel déchaînement de violence», s’insurge la formation politique.

Didier Le Bret, ancien adversaire PS de M'jid El Guerrab aux élections législatives, a lui aussi réagi à l’affaire. Hier soir, dans une publication sur Facebook, il affirme penser «très fort» à Boris Faure. «Je n'aurais jamais imaginé qu'un député élu puisse agresser aussi brutalement un ancien camarade. C'est triste, indigne et mérite une sanction exemplaire», écrit-il.

LREM condamne l'agression

La République en Marche a réagi ce jeudi à l’altercation survenue entre M’jid El Guerrab et Boris Faure. Dans un communiqué parvenu à Yabiladi, LREM condamne l’agression. «Si les circonstances de cette altercation doivent encore être précisées, aucun comportement ne saurait justifier des actes de violence. La République en Marche adresse tous ses souhaits de bon rétablissement à Boris Faure», conclut le communiqué

Article modifié le 31/08/2017 à 14h43

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com