Menu

Breve

Décès d'Al Attabi et d'El Haddad : «L'Etat en serait responsable» selon la coalition marocaine des droits de l'homme

Publié
Des manifestants font face aux forces de police, la nuit du 7 au 8 juin 2017 à Al Hoceima. / Fadel Senna - AFP
Temps de lecture: 1'

La coalition marocaine des instances des droits de l’Homme, composée de 22 associations, a estimé dimanche que l’Etat marocain serait «responsable de la mort d’Imad Al Attabi et Adelhafid Ek Haddad».

Dans un communiqué relayé par Alyaoum 24, la coalition a appelé l’Etat à mettre fin à sa politique sécuritaire dans le Rif. Une approche qui «ne pourra pas mettre fin au Hirak pacifique que connait la région du Rif et d’autres parties du Maroc avec des manifestants qui appelant à la liberté, la dignité et la justice sociale», indiquent les ONG des droits humains.

Celles-ci rappellent que les rapports élaborés par les instances nationales et internationales sur le Hirak mettent en garde contre la politique de l’Etat vis-à-vis des protestations dans le Rif.

«La politique sécuritaire de l’Etat a causé plusieurs dégâts notamment humains avec le décès d’Imad Al Attabi et d'Abdelhafid El Haddad en plus des arrestations ayant conduit des centaines de Rifains en prison. Tout cela rend le dossier du Rif encore plus compliqué et crée des tensions entre l’Etat et les citoyens.»

La coalition marocaine des instances des droits de l’Homme appelle à un dialogue entre les parties et la libération des détenus. Elle insiste aussi sur la nécessité de révéler les résultats des autopsies et des enquêtes menées dans le cadre de la mort d’Al Attabi et El Haddad. Elle dénonce aussi les poursuites entreprises par l’Etat à l’encontre de journalistes. Des poursuites, «au nombre de 6, et dans lesquelles ces journalistes sont condamnés par le Code pénal face au silence du ministère de tutelle», conclut le communiqué.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com