Menu

Article

Polisario : Après sa traversée du désert, Aminatou Haidar anime un point de presse à Alger

Après plus de vingt mois de mise à l’écart décrétée par Brahim Ghali, Aminatou Haidar a repris officiellement du service. Elle a animé un point de presse dans la représentation diplomatique du Polisario à Alger.

Publié
Aminatou Haidar / DR
Temps de lecture: 2'

Après une participation surprisr aux travaux de l’université d’été des cadres du Polisario à Boumerdès, Aminatou haidar s'est vue dérouler le tapis rouge par la représentation du Front dans la capitale algérienne. Elle y a animé un point de presse, privilège que la présidente de la CODESA a retrouvé après une longue traversée du désert.

Ce traitement ee faveur est réservé exclusivement aux hommes de confiance de Brahim Ghali, tels Mohamed Salem Ould Salek («ministre des Affaires étrangères»), M’Hamed Khadad (le coordinateur avec la MINURSO) et Burchraya Beyoun (représentant du Polisario à Alger).

Très reconnaissante d’être traitée avec tant égards, Mme Haidar a choisi de tirer à boulets rouges sur la France. «C’est la France qui nous occupe et non pas le Maroc. La première est une puissance mondiale qui a le droit de véto (au Conseil de sécurité) et qui s’oppose à toute résolution en faveur de la cause sahraouie», a-t-elle déclaré aux journalistes.

Aminatou a émis le vœu que le nouvel envoyé personnel du secrétaire général des Nations Unies, l’Allemand Horst Kohler, puisse «exercer une réelle pression» sur Paris pour changer sa position vis-à-vis du différend territorial.

L'influence espagnole

Cette conférence de presse annonce officiellement la reprise du service de la native de Tan Tan après une mise à l’écart de presque vingt mois. Une éclipse qui a coïncidé avec la désignation en janvier 2016 de Brahim Ghali à la tête du secrétariat de l'organisation politique du Polisario. Et qui s’est accentuée ensuite après le décès, le 31 mai de la même année, de Mohamed Abdelaziz et la nomination de Ghali à l’issue du congrès extraordinaire de juillet 2016.

Ce retour au premier plan, Aminatou Haidar le doit particulièrement aux Espagnols. Ce sont en effet, les partis d’extrême gauche et certaines associations, très engagés dans le volet promotionnel de la politique du Polisario en Europe, qui ont les premiers réussi à l’extirper de son isolement. En juin, elle avait pris part à une conférence à Las Palmas. Depuis, Aminatou n’a cessé de retrouver des couleurs.

Les autorités marocaines ont également contribué modestement à cette campagne. Le 20 juin, la wilaya de Laâyoune l’avait autorisé à prendre la parole lors d’une cérémonie commémorant le premier anniversaire du décès de Mohamed Abdelaziz.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com