Menu

Article

Sans froisser les Espagnols, Taoufiq promeut le modèle marocain du contrôle des mosquées

Sans froisser les autorités espagnoles, le ministre des Affaires islamiques, Ahmed Taoufiq a fait la promotion du modèle marocain de la gestion des mosquées. Un modèle érigé en exemple pour de nombreux pays en Afrique et en Europe.  

Publié
Ahmed Taoufiq, ministre des Habous / Archive - DR
Temps de lecture: 2'

Les attentats de Barcelone et Cambrils ont mis à nu les défaillances de l’ «islam espagnol». Les autorités locales ne parviennent pas à contrôler toutes les mosquées. En témoigne le lieu de culte à Ripoll où Abdelbaki Es Satti prodiguait un islam radical auprès de jeunes d’origine marocaine en majorité.

Et Ripoll ne constitue pas une exception, car nombreux sont les lieux de culte qui échappent totalement à l’autorité de Madrid tout en étant dirigés par des groupes extrémistes.

Une main basse qui a bénéficié pendant des années de la complaisance des services secrets de Madrid qui craignaient que Rabat n’impose son influence sur les mosquées. Le cas de l’éviction, en avril 2012, de feu Mohamed Hamed Ali de la tête de la FEERI (Fédération espagnole des entités religieuses islamiques) est à ce titre éloquent.

Une occasion pour l'Espagne de réviser sa politique

Le Maroc qui suit particulièrement ce dossier compte bien indiquer au pouvoir espagnol, et sur un ton différend, les erreurs de sa gestion. Le discours prôné par les mosquées «doit être compatibles avec les valeurs fondamentales du pays d’origine et du pays d’accueil», précise le ministre des Affaires islamique Ahmed Taoufiq dans une déclaration écrite à l’agence EFE.

Les propos du ministre s’appuient en effet sur une communauté de près d'un million de Marocains qui vivent en Espagne pour associer, mais sans prononcer le mot, le royaume chérifien dans la gestion de l’islam. C’est la recette efficace, selon lui, «pour faire face à l’extrémisme dans les pays où résident des minorités musulmanes».

Fidèle à sa réserve habituelle, Taoufiq s’est gardé de donner des leçons directes aux Espagnols. C’est sa façon d’adresser des messages mais sans froisser le destinataire.

L’Espagne est ainsi invitée à suivre le modèle de contrôle des mosquées en vigueur au Maroc depuis des années et qui s’est nettement renforcé depuis la désignation, en 2002, d’Ahmed Taoufiq à la tête du département des Affaires islamiques.

Mais les autorités de Madrid concèderont-elle un rôle à Rabat dans cette opération ? Une perspective que les craintes du présent et la peur atavique du Maroc rendrait peut-être irréalisable. Pour mémoire, un rapport rédigé en 2015 par le prestigieux Institut Elcano avait mis en garde le gouvernement espagnol contre l’influence du Maroc sur les mosquées.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com