Menu

Archive Culture   Publié

Nomad #39 : La route du Majhoul, un périple au cœur des oasis de Tafilalet

La région de Tafilalet, au sud-est du Maroc, regorge d’oasis et de paysages extraordinaires. Grâce au programme de développement territorial durable des oasis de Tafilalet, il est désormais possible de jouer au touriste à travers la route du Majhoul.

Temps de lecture: 2'
Le gîte Jurrassique, près d'Errachidia. / Ph. Booking

Le programme de développement territorial durable des oasis de Tafilalet (POT) œuvre depuis plusieurs années pour développer et aménager les oasis autrement. L’écotourisme figure parmi les axes auxquels s’est intéressé le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en partenariat avec le ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville.

Le modèle de développement qui existe dans la région de Tafilalet n’est autre que l’agriculture. «Il fallait se baser sur des alternatives à l’agriculture compte tenu des changements climatiques, de la pression démographique et l’urbanisation croissante», indique Jalal El Moata, coordinateur du POT. Le programme vient pallier ce manquement à travers plusieurs axes, dont l’écotourisme ; un tourisme responsable basé sur le respect des ressources naturelles. De là est née la route du Majhoul, un produit authentique proposé aux touristes qui viennent dans les oasis.

Le gîte Zouala. / Ph. DRLe gîte Zouala. / Ph. DR

Partir vers l’inconnu

L’appellation vient d’une variété noble de dattes. «Elle signifie aussi ‘l’inconnu’ en arabe, ‘quelque chose à découvrir’», explique le responsable. Le circuit comprend dix gîtes dans le territoire d’intervention du POT. «Chaque gîte a une thématique spécifique liée à l’environnement, à la culture et au patrimoine», poursuit Jalal El Moata. Par exemple, le gîte Jurassique a pour thématique la géologie et l’eau. Mieux encore, les propriétaires des gîtes se sont rassemblés au sein de l’Association des promoteurs de l’écotourisme du Tafilalet (APECTAF) et sont passés au modèle de groupement d’intérêt économique (GIE).

«Du gîte Jurassique qui se trouve à proximité de l’oued Ziz au panorama géologique extraordinaire, en passant par le gîte Zouala (près de la source bleue Meski) et le cœur des oasis, on vit une complète immersion dans la vie des nomades, entourés de palmiers, d’oliviers. On peut ressentir la difficulté de la vie au quotidien», décrit Jalal El Moata.

Le périple est une sorte de «voyage dans l’histoire et la géologie du royaume, une découverte de toutes les saveurs de la vie au sein des oasis au Maroc». Dans le parcours, figure celui de Khorbat à Tinjdad, où tout tourne autour de la production locale et artisanale par les femmes. La rencontre avec la population locale est inévitable. «On se sent chez l’habitant, chez le paysan», se réjouit le responsable.

Le voyage est un retour vers soi-même et vers l’origine, loin de la civilisation ultra-connectée et stressée. Une parenthèse bienvenue dans la vie des citadins.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com