Menu

Archive Culture   Publié

Nomad #38 : le jardin Majorelle où le bleu est roi

Le jardin Majorelle est une étape incontournable lors d’une visite à Marrakech. Touristes à la recherche d’un endroit paisible pour s’évader, courez vous promener dans ce jardin d’exception. Immersion.

Temps de lecture: 2'
Le jardin Majorelle, un bijou en plein coeur de Marrakech. / Ph. Flickr - Emyr Jones

Le jardin Majorelle est un endroit d’exception, situé à Marrakech. De Jacques Majorelle à Yves Saint Laurent, les deux Français, amoureux du royaume ont créé un jardin de toute beauté. D’ailleurs le bleu qui orne la villa a reçu l’appellation de son créateur, le peintre Jacques Majorelle. Une couleur éclatante, qui vous laissera rarement indifférent et qui élève le lieu au rang de véritable œuvre d’art.

Au fil des allées du jardin se succèdent une multitude de variétés rares d’arbres et de plantes provenant des quatre coins du monde : palmiers, bambous, cocotiers, thuyas, saules, caroubiers, jasmins, agaves, nymphéas, daturas, cyprès, bougainvilliers, fougères arborescentes. L’artiste Jacques Majorelle passionné de botanique, les a rapportés de ses multiples voyages et reçus de correspondants lointains. Il disait d’ailleurs : «Ce jardin est une tâche terrible, à laquelle je me donne tout entier. Il me prendra mes dernières années et je tomberai épuisé, sous ses branches après lui avoir donné tout mon amour.»

Le peintre a acheté la propriété en 1923 et petit à petit en fit le bijou qu’il est à présent. Il introduit la couleur bleue en 1937, dans son atelier au début puis dans tout le domaine. Les pergolas, les jarres de céramique, les portails et les bâtiments sont tous couverts de cette couleur vive qui contraste avec le jardin aux feuillages verts. Au fur et à mesure que vous vous engouffrez dans les allées du jardin, les bruits alentours vous envahissent et emplissent d’apaisement. Les oiseaux pépient sous la lumière aveuglante de la ville ocre, le son de l’eau s’écoule dans les nombreuses fontaines et chemins d’eau.

Un aperçu du jardin Majorelle. / Ph. Flickr - Liz MochrieUn aperçu du jardin Majorelle. / Ph. Flickr - Liz Mochrie

En 1947, le jardin est ouvert au public qui s’empresse de venir découvrir un endroit dont la renommée est déjà bien implantée. Le peintre Jacques Majorelle décède criblé de dettes et vend plusieurs morceaux de sa propriété. Le jardin décrépit au fil des années, abandonné. 

Yves Saint Laurent tombe amoureux du jardin Majorelle

Yves Saint Laurent et son compagnon Pierre Bergé repèrent le jardin en 1966, lors de leur première visite de la ville ocre. A partir de ce moment-là, ils s’y rendent quotidiennement «séduits par cette oasis où les couleurs de Matisse se mêlent à celles de la nature», déclarait le célèbre couturier dans «Une passion marocaine» de Pierre Bergé (Éditions de la Martinière, 2010). Les deux compagnons découvrent qu’un hôtel va être construit après la vente du jardin.

«Nous fîmes l’impossible pour arrêter ce projet. C’est ainsi qu’un jour nous devînmes propriétaires du jardin et de la villa. Au cours des années, nous avons redonné vie au jardin», ajoute Yves Saint Laurent. En 1980, le grand couturier et son compagnon deviennent les heureux propriétaires du jardin Majorelle. Ils s’installent dans la villa Oasis et entreprennent un vaste chantier pour rendre à l’endroit sa gloire d’antan et en faire le «plus beau jardin».

Le bleu Majorelle orne les murs de la demeure. / Ph. FlickrLe bleu Majorelle orne les murs de la demeure. / Ph. Flickr 

Ils modernisent le système d’irrigation et augmentent la flore du jardin de 135 espèces au départ à 300 aujourd’hui. Yves Saint Laurent était constamment inspiré par son jardin et ses couleurs uniques. Il en fit son ultime demeure, puisque depuis son décès en 2008, ses cendres ont été dispersées dans le jardin de la villa Oasis. Un mémorial est construit dans le jardin, avec une plaque où figure son nom.

L’atelier de Jacques Majorelle devient un musée berbère où les collections personnelles d’Yves Saint Laurent et Pierre Bergé figurent. Ouvert au public, les photographies au sein de l’ancien atelier sont cependant interdites.

Informations pratiques

Horaires d'ouverture: 

Du 1er octobre au 30 avril : 8h à 17h30.

Du 1er mai au 30 septembre : 8h à 18h. 

Mois de Ramadan : 9h à 17h.

Tarif public 
Jardin : 70 Dhs      Musée : 30 Dhs

Prix réduits sur présentation de justificatifs

Citoyens marocains et résidents étrangers au Maroc
Jardin : 40 Dhs      Musée: 10 Dhs

Étudiants universitaires marocains
Jardin : 25 Dhs      Musée : 5 Dhs

Étudiants universitaires étrangers
Jardin : 35 Dhs      Musée : 25 Dhs

Associations à but non lucratif
Jardin : 25 Dhs      Musée : 25 Dhs

Bénéficiaires de la gratuité

Enfants accompagnés de moins de 12 ans : Gratuité

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com