Menu

Culture   Publié

Diaspo #1 : Adnan, le phénomène Bollywood bruxellois à la sauce marocaine

Deux passions rythment la vie d'Adnan, ce natif de Bruxelles d’origine marocaine : la cuisine et la musique. Il a fait de ces deux domaines que tout oppose sa marque de fabrique et le revendique haut et fort. «Je suis cuisinier et chanteur», se plaît-il à dire. Portrait.

Temps de lecture: 4'
Adnan alias Cuisine de Adnan revient avec un nouveau titre, Meri Baya. / Ph. Facebook Adnan.

Entre la cuisine et la musique, il n’y a visiblement qu’un pas. C’est en tout cas ce que semble prouver Adnan depuis des années. Même s’il est désormais loin d’être un inconnu de la scène bruxelloise, cet autodidacte reste pour le moins un mystère. Aussi surprenant que cela puisse paraître, il est sur le devant de la scène mais personne ne saura vous dire son âge ou sa ville d’origine au Maroc. Et pour cause, Adnan se fait un point d’honneur à être toujours accessible mais sans entacher le bien-être de son entourage qu’il veut avant tout «protéger», d’où sa distance avec les médias, entre autres.

A Yabiladi, l’un des premiers médias auquel il a accepté de parler, Adnan confie qu’il est Fassi et Tazi d’origine. Un héritage dont il est fier et qu’il met en avant au quotidien. Et ce notamment, dans les mets qu’il concocte chaque jour dans ses restaurants en Belgique mais aussi en France, où il s’est récemment développé. Un succès qu‘il doit en premier lieu aux réseaux sociaux, une mine d'or qui lui a valu une carrière plus que prometteuse dans le milieu culinaire.

Il baigne dans la marmite depuis tout petit. C’est dans ce sens que tout tourne autour du Maroc, son pays d'origine. Adnan ne cuisine pas seulement des pâtes, sa spécialité dans ses restaurants ; il maîtrise à la perfection la cuisine marocaine. Un savoir-faire qu’il doit à sa maman, celle qui lui a tout inculqué. Aujourd'hui, si Adnan n'a plus rien à prouver dans le domaine et est reconnu par ses pairs, il n’empêche qu'il a une deuxième passion et un autre domaine de prédilection : la musique.

La musique, une place importante dans sa vie

La musique, il la cultive depuis toujours. Celui qui lui a insufflé ses premières notes et ses premières mélodies n'est autre que son père : «Je suis dans la musique depuis toujours, ça vient de mon père mais je n’en avais jamais parlé sur les réseaux sociaux», explique le Belge. Et de poursuivre : «Tout a commencé en 2011 avec Tiiw Tiiw, on était une bande de copains qui nous réunissions et chantions nos vieux disques d'enfance.» Ce qui n'était alors qu'une partie de plaisir et de rigolade se mue petit à petit en un projet concret : «La première fois, j'ai repris la chanson ‘Zina’ de Babylone. C’est à partir de là que tout le monde a commencé à me connaître à travers la musique», se souvient Adnan.

En vacances en Turquie, Adnan a eu le privilège de prendre les commandes d'un grand restaurant. / Ph. Facebook AdnanEn vacances en Turquie, Adnan a eu le privilège de prendre les commandes d'un grand restaurant. / Ph. Facebook Adnan

Ce qui ne devait être qu'une passion devient alors son deuxième gagne-pain : «En plus d'être chanteur - je fais surtout ça pour m’amuser, je pense que ça se voit dans mes clips -, je suis producteur du label Magic's. Nous sommes quatre associés», explique le chanteur. Cette passion, il l’a effectivement mise à profit et en a fait un business qui marche assez bien : «On a fait pas mal de titres qui ont très bien marché comme L'Artiste, Marwa Loud ou encore L'Algérino», confie le Bruxellois.

«Et puis un jour, un ami m'a dit ‘écoute, j'aimerais faire la promo d'une boisson’. Je lui ai répondu ‘pas de problème, je te mets en contact avec l'un de mes associés’. Il m'a dit ‘non, je veux que ce soit toi qui chante’.» Au départ, Adnan avoue ne pas être séduit par cette idée, lui qui se dit réticent à chanter. En bon fan de la culture indienne, il propose alors à son collaborateur de miser sur un clip inspiré de Bollywood, espérant que ce dernier rejette l'idée. Sauf que c’est bel et bien le contraire qui se produit : «Jhoom Jhoom» voit alors le jour aux côtés de la jeune star naissante du raï, Aymane Serhani.

Bollywood, un trait d'union avec le Maroc

C’est alors que la vie d’Adnan prend une autre tournure, doublement célèbre et doublement suivi sur les réseaux sociaux. Il se prend au jeu, aime cette vie qui lui permet d’exister grâce à ses deux passions. A partir de ce ballon d’essai, Adnan élabore son propre projet dans l’industrie musicale, qu'il n'aurait jamais construit sans ses «associés Nordine Achalhi, Salah Achalhi et Memeh. Ces personnes sont dans la musique depuis tellement longtemps que je ne peux qu'être heureux et fier de leur confiance», assure le chanteur. Après ‘Jhoom Jhoom’, ‘Meri Yaar’ et ‘Meri Baya’ il y a deux semaines, plus rien n'arrête Adnan. Les projets fusent dans sa tête, notamment dans sa terre d'origine :

«J’aime mon pays et je suis fier d'être Marocain, je représente le Maroc comme je peux.»

Dans cette même lignée, le Belgo-marocain veut aujourd'hui boucler un album qu'il veut à son image, empli d'amusements, avec des sonorités indiennes et des touches marocaines, tout ceci avec la participation de plusieurs artistes pour varier les touches. «On a initié avec The Magic's ce nouveau projet, on veut inviter différents artistes et les faire sortir de leur zone de confort pour les ramener vers notre concept à nous tout en gardant leur empreinte», explique-t-il. Avec tout ça, Adnan rêve de monter son propre spectacle, son propre show pour «faire plaisir à sa maman qui est fan de Bollywood». Le cuisinier veut tendre de plus en plus vers le Maroc en collaborant notamment avec des artistes marocains et en tournant ses clips sur sa terre d'origine. «Je pense que le plus magique, c'est surtout de faire appel à des artistes auxquels on ne s'attend pas.»

Adnan est formel : «Je ne vais sûrement pas m'attarder, mais s'il y a un dernier titre que j'aimerais faire, celui qui bouclerait sans conteste ma carrière, ce serait un titre avec Tiiw Tiiw, dont le clip serait tourné au Maroc évidemment, et avec la participation de Sharukh Khan. Ce serait la consécration et là je pourrai m'arrêter pour de bon.» Sachant que Tiiw Tiiw est l'ami d’Adnan, il ne lui reste plus qu'à convaincre Sharukh Khan. D’ailleurs, il conclut avec philosophie : «Je pense avoir trouvé mon créneau en m'amusant et en restant sur mes deux passions.» Et d’en annoncer la couleur : «Un nouveau titre est en préparation pour septembre, puis on va garder le rythme pour sortir chaque deux mois une nouvelle chanson.»

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate